Régis de Camaret a été condamné en appel à dix ans de prison mardi à Draguignan (Var). Cet ancien entraîneur de tennis était rejugé pour les viols aggravés de deux de ses élèves.

Sa peine a été alourdie. Condamné en première instance à huit ans de prison, Régis de Camaret a finalement écopé de dix ans de prison mardi, à l’issue de son procès en appel à Draguignan (Var). Ancien entraîneur de tennis, il a été reconnu coupable des viols aggravés de deux de ses élèves, Karine et Stéphanie. Mais la liste de ses victimes serait plus longue. Nombre d’entre elles ont en effet été déboutées à cause des délais de prescriptions. Parmi elles, figure notamment la championne de tennis Isabelle Demongeot. C’est elle qui a par ailleurs lancé la procédure en 2005. Et alors que les faits qu’elle a dénoncés sont aujourd’hui prescrits, elle s’est affichée mardi aux côtés de deux parties civiles du procès. "Les parties civiles et les ‘prescrites’ sont indissociables", a-t-elle ainsi lancé au sortir du tribunal avant d’ajouter : "Dix ans c’est juste. Ce verdict est apaisant".

"J’ai honte et je demande pardon, c’est tout"Après avoir longtemps nié les faits qui lui étaient reprochés et s’être muré dans le silence pendant les sept jours de son procès en appel, Régis de Camaret a, quant à lui, finalement consenti à avouer à demi-mots. "J’ai honte et je demande pardon, c’est tout", a-t-il en effet déclaré mardi, à la surprise générale. "Cette petite prise de conscience, on ne s’y attendait pas du tout, ça fait du bien", a ensuite commenté Stéphanie. "C’est un soulagement, c’est bon quand même", a de son côté confié Isabelle Demongeot.

Publicité
Parmi toutes ses anciennes élèves, entendues en tant que simples témoins pour des faits prescrits et aujourd’hui âgées de 37 à 50 ans, dix ont évoqué des viols ou des tentatives de viols et douze des attouchements sexuels. Pendant le procès, Isabelle Demongeot a, elle, assuré que Régis de Camaret lui avait "tout enlevé" en la violant durant neuf ans et ce, dès l’âge de 13 ans.

Vidéo : la peine de prison de Régis de Camaret alourdie en appel

 

Publicité