Au cours de ces longues semaines de procès, les proches de Liliane Bettencourt ont choisi de mener une vie discrète à Bordeaux, mettant tout en œuvre pour fuir la presse.

Voilà déjà trois semaines que la longue série de procès sur l’affaire Bettencourt a commencé. Huit ans après le début de cette affaire aux multiples rebondissements, plus d’une dizaine de personnes sont jugées au tribunal de Bordeaux pour "abus de faiblesse". Pour l’occasion, la famille de la fille de Liliane Bettencourt, Françoise Meyers, a fait le déplacement dans la région bordelaise pour assister aux audiences, usant de multiples moyens pour fuir les regards et surtout les médias, a rapporté Europe 1.

Deux monospaces aux vitres teintées

Pour leurs rares déplacements, Françoise Meyers-Bettencourt a employé les grands moyens. Deux monospaces aux vitres teintées de la marque Mercedes sont mis à disposition de la famille. Les véhicules ont notamment pour habitude de se garer au plus près du palais de justice, quelques minutes avant le début de l’audience. Les Bettencourt-Meyers, également protégés par des gardes du corps qui n’hésitent pas à repousser les journalistes, n’accordent aucun mot à la presse et se contentent de gravir les marches solennellement. Ce n’est qu’à cet instant de la journée qu’apparaissent en public les membres de la famille.

Un hôtel privatisé

De passage à Bordeaux pour quelques semaines seulement, la fille de l'héritière de L'Oréal a ainsi choisi de privatiser un hôtel, dans le centre de la ville. C’est dans ce lieu que se retrouve chaque soir la famille pour dîner et échanger en toute discrétion. Si un dîner à l’extérieur est prévu avec leurs avocats, les Meyers-Bettencourt n’hésitent pas à réserver une salle à part au sein du restaurant, allant même jusqu’à changer de table au dernier moment pour fuir les oreilles indiscrètes.

Publicité
Selon Me Benoît Ducos-Ader, l’un des avocats de la famille, il s’agirait tout simplement "de gens très pudiques". "Je pense qu’ils ont voulu se replier et rester entre eux, ne pas aller s’exposer", a-t-il confié au micro d’Europe 1. Ce qui expliquerait en partie une telle organisation.

A lire aussi - Affaire Bettencourt : l'ex-infirmier avait écrit une lettre de détresse

Vidéo sur le même thème : selon l'avocat de Françoise Meyers, "la famille est unie aujourd'hui"