Un sud-africain de 28 ans a été déclaré mort après un accident alors qu'il était encore vivant. Lorsque sa famille est venue chercher son corps à la morgue, deux jours plus tard, il a été envoyé à l'hôpital pour être sauvé. En vain.

Un soir qu'il se baladait avec son ami la semaine dernière, à Kwa-Mashu en Afrique du Sud, un certain Msizi Mkhize a été heurté par une voiture. L'homme de 28 ans a été déclaré mort sur place, et son corps a été amené à la morgue et placé dans un compartiment réfrigéré. Malheureusement, la victime... était encore vivante !

Deux jours plus tard, sa famille est venue récupérer son cadavre pour les funérailles. "Nous sommes arrivés à 8 heures pour faire les papiers et voir le corps de mon enfant, a raconté le père de Msizi Mkhize au Daily News. Il était 12 heures passées quand un employé a dit aux docteurs que mon fils était en vie". Aussitôt, l'équipe s'est empressée d'emmener le jeune homme à l'hôpital le plus proche.

"C'est difficile et inquiétant pour notre famille"

Après cinq heures passées entre les mains des médecins, Msizi Mkhize est finalement décédé. Sa famille demande une enquête. Son père a admis au Daily News qu'il "n'a(vait) pas de mots pour exprimer ce qu('il) ressen(tait)". Sa sœur, quant à elle, a assuré vouloir "savoir qui l’a déclaré mort. Cette personne est-elle assez expérimentée pour prendre des décisions dans de telles situations ?" Elle a ajouté : "C'est difficile et inquiétant pour notre famille, de savoir que notre frère, notre fils a passé la nuit dans la morgue".

Publicité
Le médecin qui a assisté à la tentative de réanimation de la victime, Dr Rishigen Viranna, a indiqué que le concept de "Golden Hour" ("heure d'or") n'avait pas été respecté. Il s'agit de l'heure suivant le traumatisme du patient, celle pendant laquelle "il a les meilleures chances de s’en sortir".

Vidéo sur le même thème – Au Kenya, un mort-vivant rentre à la maison

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité