Huit ans après avoir été évincé de TF1, Patrick Poivre d’Arvor a encore cette affaire en travers de la gorge et maintient que cette décision a été dictée par Nicolas Sarkozy, alors président de la République.  

Patrick Poivre d’Arvor était vendredi dernier l’invité d’Anne-Sophie Lapix dans C à vous. Sur le plateau de l’émission, l’ancien présentateur du JT de TF1 est revenu sur la récente éviction de Claire Chazal, son ex-collègue et mère de son fils. Et ainsi qu’il l’avait déjà fait, PPDA a une fois encore pris le parti de la journaliste et dénoncé la manière dont la chaîne télé l’a évincée. "L’élégance est une vertu cardinale. Quand vous devez dire à quelqu’un que son temps est fini, d’abord vous déjeuner ou dîner, surtout si cette personne a vécu 21 ans avec vous", a-t-il déclaré, avant d’ajouter : "Je parle de Claire Chazal pour ne pas parler de mon cas que j’ai vécu huit ans plus tôt".

Publicité
"C’est politique, tout le monde le sait"Mais loin de s’arrêter là à propos de sa propre éviction, PPDA a poursuivi en pointant directement l’attitude Nonce Paolini, l’ancien directeur de la Une, et plus implicitement, l’ex-président de la République, Nicolas Sarkozy. "La manière dont il m’a enterré alors que les audiences étaient formidables (…) Surtout le faire sur ordre, parce que quelqu’un vous l’a demandé au-dessus de vous, moi je trouve cela insupportable", a-t-il raillé. Accusant l’actuel patron des Républicains d’avoir manœuvré avec son ami pour l’évincer de TF1, l’ancien présentateur a ajouté : "C’est politique, tout le monde le sait. J’en ai maints témoignages depuis, par des gens qui étaient au pouvoir à l’époque ou à TF1. Tout le monde me l’a dit, des administrateurs de TF1 comme François Pinault".

En vidéo – Les meilleurs moments de la carrière de Claire Chazal

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité