Le mois de février comptera 29 jours au lieu de 28 en 2016. Cet évènement n’a lieu qu’une fois tous les quatre ans et nous permet de ne pas vivre en décalage des saisons.

Un phénomène qui n’arrive qu’une fois tous les quatre ans. L’année 2016 sera bissextile, ce qui signifie qu’elle comptera 366 jours au lieu de 365. Cette journée supplémentaire aura lieu le 29 février. La raison ? La Terre met exactement 365,2422 jours à faire le tour du Soleil. Il fallait donc trouver une date de plus afin de ne pas décaler les saisons au fil des siècles. 

A lire aussi- Jacques Attali : ses prédictions (catastrophiques) pour 2016

Les premiers à avoir imaginé ce système d’année bissextile ont été les Romains. En 46 avant J.C., Jules César a décidé de suivre les judicieux conseils d’un astronome égyptien nommé Sosigène, et a mis en place une réforme calendaire. "Cette réforme consiste à introduire un 366e jour tous les quatre ans puisque 365 jours un quart constitue la meilleure approximation rationnelle de l'année solaire", rapporte ainsi l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE).

Trois années bissextiles sont supprimées tous les 400 ans

Mais si l’année bissextile a été instaurée à cette période, Grégoire XIII s’est aperçu au XIVe siècle que ce système produisait trois jours en trop tous les 400 ans. Sur les conseils de l’astronome allemand Christoph Klau, il a donc décidé de supprimer trois années bissextiles tous les quatre siècles. Voilà pourquoi, en son honneur, notre calendrier répond aujourd’hui au nom de calendrier grégorien.

Publicité
Comme l’explique l’IMCCE, "le calendrier grégorien respecte au mieux le cycle des saisons en accord avec le Soleil mais sur 10 000 ans, il se décale encore de 3 jours". Un petit décalage dont il faudra bien s’occuper un jour ou l’autre.

En vidéo sur le même thème - les images satellite des différentes couleurs du Soleil