L'émission "Envoyé spécial" sur l'affaire Bygmalion devait être diffusée le 29 septembre. Le reportage a finalement été diffusé mercredi au 20 heures de "France 2" mais de manière plus courte.

La journaliste Élise Lucet a consacré des mois d'enquête à l'affaire Bygmalion, qui dévoilait les financements illégaux de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, pour une émission d'Envoyé Spécial. Puremédias rapporte que sa diffusion, prévue le 29 septembre prochain, a été annulée. L'émission a été transformée en un simple "sujet long", diffusé mercredi sur France 2 dans le journal du soir.

Comme le signalait le Canard Enchaîné, Michel Field, directeur de l'information de France Télévisions, avait d'abord reporté l'émission à ce jeudi. Elle devait durer 26 minutes. Il était entré en conflit avec Élise Lucet qui, furieuse de se voir ainsi censurée, avançait que le montage de l'émission ne serait pas prêt à temps. Michel Field, agacé, avait alors réduit l'épisode à un simple sujet du 20 heures.

À lire aussi – À l'Elysée, Nicolas Sarkozy voulait virer des présentateurs vedettes du petit écran

Dessous de table

Michel Fields agissait sous la pression (directe ou non) de l'entourage de Nicolas Sarkozy, qui voulait "éviter à tout prix une diffusion de l'enquête durant les primaires de la droite", selon le site Arrêt sur images. Celles-ci se dérouleront du 21 septembre au 27 novembre prochains. Nicolas Sarkozy en personne aurait menacé de bloquer "la retransmission de certains débats" sur les chaînes de France Télévisions, si le groupe diffusait une émission aussi compromettante pour lui avant les primaires.

L'annonce n'a pas manqué d'indigner les utilisateurs de Twitter, qui ont fustigé l'ancien président et la chaîne, criant à la censure.

Publicité
L'émission devrait tout de même être diffusée, mais "plus tard", sans doute une fois que les primaires seront passées. C'est-à-dire, lorsqu'elle représentera un moindre danger pour Nicolas Sarkozy...

Vidéo sur le même thème – Affaire Bygmalion : Sarkozy refuse de répondre aux journalistes à la sortie de son QG

Publicité