Le secteur du funéraire n’est pas épargné par l’arrivée des nouvelles technologies. De plus en plus de démarches consécutives au décès d’un proche s’effectuent désormais grâce aux outils numériques. Le point avec Philippe Martineau, le directeur général du Choix Funéraire, le deuxième opérateur français en part de marché (10%).

Planet : Comment avez-vous constaté l’arrivée des nouvelles technologies dans votre secteur d’activités ?Philippe Martineau : "En fait, nous avons commencé par proposer à nos clients une gamme de services low-cost, sur notre site EcoPlus Funéraire. Ils pouvaient alors non seulement comparer les différents produits (cercueils, etc.) mais également avoir un véritable devis en ligne. Et alors que ce site s’adressait au départ à une population moins aisée, nous avons rapidement constaté que des clients qui disposaient de davantage de moyens y allaient également. Ce qu’ils appréciaient c’était de pouvoir effectuer leur choix en ligne sans avoir à se déplacer. C’est à partir de ce moment là que nous avons décidé de véritablement nous lancer dans les pompes funèbres 2.0. Et depuis, le nombre de nos clients sur Internet n’a cessé de grimpé. 40% de notre clientèle à Nice vient d’ailleurs de là.

Planet : Concrètement, comment cela se traduit-il au quotidien dans les services que vous proposez ?Philippe Martineau : En plus du site internet que nous avons créé, nous proposons également aux familles de filmer les cérémonies en direct. Grâce au système du streaming et de la visioconférence, cela permet aux proches du défunt qui ne peuvent pas se déplacer ‘d’ assister’ aux obsèques. Il nous arrive aussi parfois de retranscrire des cérémonies en direct en Afrique grâce à Skype ! Quant aux clients qui se déplacent en magasin, nous avons fait en sorte qu’ils ne soient plus confrontés aux cercueils. Se retrouver face à ces objets peut être très anxiogène quand on vient de perdre un proche. Du coup, nous leur proposons de faire leur choix à partir d’un écran plasma géant et tactile installé dans nos bureaux. Depuis trois ans et dans quasiment tous nos magasins, nous disposons aussi d’un service d’avis de décès en ligne sur lequel la famille peut laisser des messages. L’année prochaine nous avons par ailleurs l’intention de lancer la ‘liste obsèques’ qui, à l’instar des listes de mariage, permettra aux proches de participer aux frais des obsèques ou de faire un don à des associations.

Planet : Y-a-t-il des services qui ont disparu ?Philippe Martineau : La grande tendance générale de ces dernières années est la simplicité. Nous organisons donc de moins en moins de cérémonies obséquieuses et certaines traditions comme le fait d’attacher une tenture sur la porte du défunt, ont disparu. Malgré tout, et même si 40% des cérémonies d’aujourd’hui sont laïques, j’ai l’impression que le religieux tend à reprendre le dessus. Les nouvelles générations manifestent en effet un grand intérêt pour l’ésotérisme et semble être plus attachées aux traditions.

Publicité
Planet : Une anecdote à nous raconter ?Philippe Martineau : Il y a environ un mois, nous avons été contactés par un couple dont les parents venaient de décéder. Et alors que tout a été organisé sur Internet, nous n’avons pas été surpris. Seulement le jour de l’inhumation, ils ne sont pas non plus venus. Là, nous avons quand même trouvé cela quelque peu choquant. Il n’est pas question de les juger bien sûr, mais cela nous a quand même fait nous interroger quand au virage qu’est en train de prendre notre secteur d’activités".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité