Baptisé "Babylone 2.0", ce groupe secret sur Facebook affichait des photos de femmes dénudées. Les membres de cette page du réseau social risquent entre six mois et cinq ans de prison.

Sur Facebook, des internautes se sont amusés à créer un groupe secret obscène. Son nom ? "Babylone 2.0". Comme l’indique La Libre, le principe de cette communauté, composée de 52 000 membres, est de publier des photos ou des vidéos de femmes dénudées après un rapport sexuel.

Les internautes qui entrent sur la page de ce groupe Facebook peuvent ainsi "se faire plaisir" avec des séquences érotiques. Les membres de "Babylone 2.0" ont choisi comme slogan : "pêche personnelle certifiée".

"Je ne pouvais refuser ce taudis de 44 ans"

Mais ce qui choque le plus, c'est le fait que ces images ou vidéos ont été capturées à l'insu de ces femmes. Les hommes, fiers de leur "tableau de chasse", n'hésitent pas à poster des commentaires très misognyes.

"C’est très loin de l’avion de chasse qu’on traque tous, certes, mais du haut de mes 27 ans je ne pouvais refuser ce taudis de 44 ans, juste pour rajouter une ligne sur le CV. Veille peau. On ne recule pas devant le défi", peut-on ainsi lire dans une publication où l'on retrouve aussi une photo de femme nue de dos.

Le groupe secret a été démasqué par la blogueuse belge Chrystelle Charlier, qui a lâché sur son site : "J'ai envie de pleurer". Facebook a finalement décidé de fermer "Babylone 2.0" vendredi 6 janvier, ainsi qu'un groupe similaire appelé "Garde ta pêche".

Peine très lourde si la victime est mineure

Que risquent les membres de "Babylone 2.0"? Entre "six mois et cinq ans de prison", selon Dimitri de Béco, avocat spécialiste en droit pénal, cité par La Libre. "Il s’agit de l’article 371 du code pénal", explique maître de Béco, qui indique que cette nouvelle loi est apparue en février 2015 et s'avère beaucoup plus stricte qu'à l'époque.

"Quiconque aura observé ou fait observer une personne ou en aura réalisé ou fait réaliser un enregistrement visuel ou audio, directement ou par un moyen technique ou autre, sans l’autorisation de cette personne ou à son insu, alors que celle-ci était dénudée ou se livrait à une activité sexuelle explicite, et alors qu’elle se trouvait dans des circonstances où elle pouvait raisonnablement considérer qu’il ne serait pas porté atteinte à sa vie privée, se rend coupable de voyeurisme", précise la loi.

Publicité
La peine d'emprisonnement s'avère encore plus lourde si la victime est mineure. Si elle est âgée entre 16 et 18 ans, le coupable pourrait se retrouver derrière les barreaux entre 5 et 10 ans. Si la victime a moins de 16 ans, la peine est fixée entre 10 et 15 ans.

Vidéo sur le même thème : Salon érotique de Barcelone : un clip fait polémique en Espagne

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité