L'association "Vacances éthiques" prévoit pour ses adhérents un séjour de spiritualité dans un centre agréé par la CAF. Problème, un imam connu pour ses prêches extremistes est l'invité d'honneur.

© Brochure de l'association

Alors que la journée en "burkini" dans un centre aquatique de Marseille a finalement été annulée, c'est au tour d'une autre initiative d'une association musulmane de faire polémique.

Comme l'indique Le Figaro, l'association "Vacances éthiques", une association de femmes musulmanes, a décidé d'organiser du 21 au 28 août un séjour au bord du lac de Serre-Ponçon, dans les Hautes-Alpes, réservé aux 80 premiers inscrits (le séjour est déjà complet).

Sur la brochure de l'association, plusieurs activités sont annoncées (baignade, randonnées, luge d'été, etc.), et un encadré précise que "la spiritualité fait partie intégrante de ce séjour. Des rappels réguliers ont lieu sur : la foi, le comportement et la vie du croyant en général." Le tout accompagné de la mention "repas halal".

A lire aussiJournée en "burkini" : polémique dans un centre aquatique de Marseille

Un imam controversé invité d'honneur

Cette sortie estivale de l'association aurait pu passer inaperçue... sauf que l'invité d'honneur de ce séjour n'est autre que l'imam controversé Aami Hassen Bounemcha, "dont la mosquée d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) est connue pour être fréquentée par des groupes salafistes", souligne Le Figaro.

Sur son site, l'association indique par ailleurs que "le centre de vacances est agréé Vacaf", c'est-à-dire l'organisme qui gère les aides aux vacances des allocataires de la CAF. Alertée par les réseaux sociaux, la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) a demandé un contrôle. 

Interrogée par Le Figaro, la présidente de l'association (qui souhaite rester anonyme), explique organiser ce type d'évènement depuis 2014 sans jamais avoir eu de problème. "Nous ne bénéficions d'aucune subvention de l'État, nous avons juste sélectionné un centre de vacances agréé par la CAF", tient-elle à préciser.

"La présentation même du prospectus montre que c'est du prosélytisme"

Pourtant, Daniel Lenoir, directeur général de la Cnaf, explique de son côté qu'"il est est clair qu'il ne s'agit pas d'activités sociales et culturelles comme celles que l'on a l'habitude de financer." "La présentation même du prospectus montre que c'est du prosélytisme. C'est proscrit par la charte de la laïcité de la branche famille, que j'ai fait adopter en 2015, précise ce dernier. Le centre a à l'évidence commis une faute en excipant de son agrément pour faire venir des vacanciers."

Publicité
Le directeur de Vacaf ajoute quant à lui que le centre de vacances "ne respecte pas la laïcité, ni les conditions de la mixité sociale. Le centre ne recevra pas un euro de la CAF. Quant aux aides qui lui ont été versées les années précédentes, elles pourraient lui être rétroactivement retirées."

Vidéo sur le même thème : Marché de la mode islamique: "Si on a envie de cacher nos formes, en quoi ça dérange la ministre" 

Publicité