Trois Camerounais filmés pour l’émission Zone Interdite diffusée dimanche sur M6 ont porté plainte vendredi dernier contre Tony Comiti, la boîte de production qui a fourni le reportage à la chaîne de télévision. Plus de détails.

Le reportage diffusé dimanche soir par M6 pour son émission Zone Interdite se retrouve actuellement au cœur d’une véritable polémique. Les journalistes l’ayant réalisé sont en effet accusés d’avoir profité de la vulnérabilité de trois clandestins camerounais. Ces derniers ont d’ailleurs porté plainte vendredi contre la société de production Tony Comiti – qui a fourni le reportage – pour plusieurs motifs. "Emile Zola, Matemb Ba Em, Alain Joseph Ebanga Ndoumou et Elie Mbock (…) estiment avoir été victimes d’un certain nombre d’infractions", a ainsi rapporté leur avocat, Me Jérémie Assous. Le conseil des trois plaignants a également précisé qu'ils se disaient abusés par les journalistes, lesquels les auraient encouragés à tenter de rejoindre la France illégalement et auraient même payé leur nourriture et leurs billets de train. Les clandestins ont d’ailleurs porté plainte pour "aide directe et indirecte à l’entrée et au séjour irrégulier" et pour "mise en danger de la personne" avec "omission de porter secours" et "escroquerie".

Le producteur dénonce des clandestins manipulés par un "avocat en quête de gloriole"

De son côté, la société de production a certes, reconnu par la voix de son avocat "avoir pris en charge leurs titres de transport, notamment en Italie et en France, ainsi que la nourriture et  durant ce trajet", mais elle a toutefois insisté sur le fait que les trois Camerounais "ont toujours refusé de signer une quelconque autorisation d’enregistrement et de diffusion de leur images, malgré les nombreuses demandes de cette société de production". Le directeur de la société a, quant à lui, dénoncé "des insinuations fausses et diffamatoires". "Nous avons payé leur billet de train par humanité, comme dans le désert on donnerait de l’eau à quelqu’un qui a soif", a –t-il également expliqué au micro d’Europe 1. Selon lui, les trois clandestins sont "manipulés par un avocat en quête de gloriole".

Publicité
Diffusé dimanche soir, le reportage s’attachait à montrer le parcours des clandestins qui veulent entrer en France via Lampedusa et la péninsule italienne, mais aussi la violence des passeurs et l’horreur de la traversée.

Publiez votre commentaire

20 commentaires

Quand le chat n'est pas là

Portrait de Aliéné

Quand le chat n'est pas là les souris dansent.

Votez pour ce commentaire: 

Essayez le même sujet à

Portrait de huglylucky

Essayez le même sujet à Calais...

Votez pour ce commentaire: 

des hors la loi qui portent

Portrait de Bambou

des hors la loi qui portent plainte, on a&ura tout vu, j'espère qu'on va tout simplement les renvoyer chez eux manu militari

Votez pour ce commentaire: 

je n'ai pas vu cette émission

Portrait de champagne51

je n'ai pas vu cette émission, mais la sté de prod est donc complice d'infractions pénales puisqu'elle a permis l'introduction sur le territoire français de personnes en situation illégale.

à force de vouloir faire de l'audimat à quand un reportage sur l'Enfer, la face cachée de la lune, un politique honnête (là ça va être difficile !),... 

Votez pour ce commentaire: 

Bonjour.

Portrait de passant par là

Bonjour.

Il me semble effectivement que c'est ainsi qu'il faille regarder les choses. Dans le désert on aide la personne en danger de mort, mais  là il n'y a rien de comparable. La société de production considèrerait donc que toute personne qui prétend rentrer dans un pays en fraude doit être aider...? C'est plutôt elle qui les met donc en danger !

C'est complètement illégal et cela peut se regarder comme recel, complicité, association de malfaiteur, exploitation, provocation etc. ... 

Les gens qui réagissent contre le fait que ces exploités puissent porter plainte sont inquiétants car ils  détournent le problème pour désigner une fois de plus des têtes de turcs et implicitement prendre partie pour l'exploitation des gens en difficulté... Ceux-ci sont utilisés pour faire de l'argent et pas du tout aidés comme cette société de production veut le faire croire. C'est même pire que ceux qui les exploitent à travailler au 3 eme sous -sol à faire de la couture car ceux-là ne les ont peut-être pas fait venir et au moins ils leur donnent du travail et les nourrissent, tandis que ces journalistes payent très mal des acteurs qu'ils laissent ensuite à l'abandon et en grande vulnérabilité pour une autre exploitation et cela en engageant les finances publiques pour un retour au pays ou une prise en charge sociale multi-chapitres budgétaires ...En fait, suivant eux, il suffirait donc de trouver une excuse professionnelle pour être "passeur" légal...?

Je pense qu'ils devraient bien sûr être renvoyés dans leur pays mais cette fois à la charge de la société de production, sans exclure bien sûr les condamnations aux diverses amendes que cette dernière est susceptible de devoir à l'Etat français...

Bonne continuation ! 

Votez pour ce commentaire: 

Ils seraient dans leur pays,

Portrait de Geneviève GOULET

Ils seraient dans leur pays, ils ne porteraient pas plainte. Mais ils sont en France, argent facile pour eux. Qu'ont les ramènent à leur point de départ et qu'ils se débrouillent tout seuls. Ils verront que la traversée est beaucoup moins facile sans aide.

Votez pour ce commentaire: 

Ils seraient dans leur pays,

Portrait de Geneviève GOULET

Ils seraient dans leur pays, ils ne porteraient pas plainte. Mais ils sont en France, argent facile pour eux. Qu'ont les ramènent à leur point de départ et qu'ils se débrouillent tout seuls. Ils verront que la traversée est beaucoup moins facile sans aide.

Votez pour ce commentaire: 

On achève bien les chevaux et

Portrait de TAGAR

On achève bien les chevaux et on paie Léonarda ! Les journalistes achétent désormais la matiére de leur article,course à l'audience oblige,l'information est un marché comme un autre . Aussi,il serait bon que les médias ne nous fassent pas la morale .

Votez pour ce commentaire: 

Ne pas non plus confondre

Portrait de 001

Ne pas non plus confondre "information" et "exploitation".  Le reportage a été vendu et a rapporté de l'argent aux réalisateurs.... sauf aux 3 principaux acteurs. Puisque nous vivons dans un monde mercantile et sans morale pourquoi ces 3 personnes ne réclameraient elles pas leurs part du gâteau ?

Votez pour ce commentaire: 

Mais c'est bien ce qu'elles

Portrait de claude

Mais c'est bien ce qu'elles font. Non seulement elles vont avoir une part du gâteau mais aussi  un ticket gratuit pour rester ! avec pourquoi pas une naturalisation  à la clé ? Il y a bien des inconscients qui vont descendre dans la rue pour cela ! (qu'ils n'oublient pas de descendre avec leut portefeuille....)

Je n'ai pas vu le reportage, un parmi tant d'autres et la situation de ces personnes est bien sûr  tragique mais si on arrêtait un peu de leur faire l'aumone ici et chez eux, , ils se prendraint peut-être en charge ...

Votez pour ce commentaire: 

Pages

Publicité