Le Parisien a pu recueillir le témoignage de l’homme qui a été empêché de monter dans une rame du métro parisien mardi soir par des supporters racistes de Chelsea.

Il s’appelle Souleymane, est âgé de 33 ans, marié et père de trois enfants. Mardi soir, il rentrait chez lui après une journée de travail. Vêtu "d’un manteau noir, veste et cravate noir et blanc", ce Franco-Mauritien a donc pris le métro ligne 9 pour rejoindre sa famille, détaille Le Parisien qui a pu recueillir son témoignage. Ce soir-là, le PSG jouait à domicile contre Chelsea. Aussi, cette ligne de métro qui dessert la station Porte de Saint-Cloud juste à côté du Parc des Princes s’est vite retrouvée bondée de supporters quelques heures avant le début du match. Certains supporteurs du Club anglais n’ont pas apprécié que Souleymane tente d’entrer dans leur rame et l’en ont carrément empêché. Une vidéo amateur repérée par le Guadian montre par ailleurs ce groupe d’hommes chanter ensuite "Nous sommes raciste, nous sommes racistes et on aime ça", visiblement fiers d’eux.

"J'ai bien compris aussi qu'ils s'en prenaient à moi à cause de la couleur de ma peau"

"J'ai voulu entrer dans le wagon mais un groupe de supporteurs anglais me bloquait et me repoussait. J'ai essayé de forcer le passage, j'ai une nouvelle fois tenté de rentrer. Dans la bousculade, j'ai perdu mon téléphone. Ils me disaient des trucs en anglais mais je ne comprenais pas vraiment le sens de leurs propos", a raconté Souleymane au Parisien. "J'ai bien compris aussi qu'ils s'en prenaient à moi à cause de la couleur de ma peau", a-t-il poursuivi avant d’ajouter : "Je suis resté longtemps face à eux, continue-t-il. Une personne est venue ensuite me dire que j'avais été courageux de résister à des gens comme ça. A mon avis, la scène a duré environ six ou sept minutes. Au bout d'un moment, des agents de la RATP sont intervenus".

Publicité
Et celui-ci de déplorer : "Mais seulement pour s'assurer qu'il n'y avait pas de bagarre. Leur objectif, c'était que le trafic reprenne sur la ligne. Aucun usager n'a pris ma défense". Ignorant que cette agression avait été filmée et qu’une polémique était née autour, Souleymane a découvert les images avec les journalistes du Parisien. "Le fait maintenant d'en parler me donne le courage d'aller porter plainte à la police (…) Dans tous les cas, j'ai l'intention de me tourner vers des associations antiracistes. Ces personnes, ces supporteurs anglais, doivent être retrouvées, punies", a-t-il affirmé.

De son côté, la justice française a ouvert mercredi une enquête pour "violences volontaires ayant en raison de la race dans un moyen de transport collectif de voyageurs".

Sur le même thème : les images amateurs de cette agression