Cinq demandeurs d'emploi ont déposé une requête contre Pôle Emploi ce vendredi devant le tribunal administratif de Paris. Ils reprochent à l'opérateur public de ne pas les avoir suffisamment accompagnés dans leurs recherches.

©AFP

Un manque de suivi. C’est ce que reprochent cinq chômeurs à Pôle emploi. Estimant ne pas avoir été suffisamment bien accompagnés dans leurs recherches de travail et déplorant de ne pas avoir pu recevoir un financement de formation, ces demandeurs d’emploi ont même décidé de déposer une requête devant le tribunal administratif de Paris ce vendredi. Ils réclament des indemnisations allant de 50 000 à 300 000 euros. L’un de leurs conseils, Me Emilie Videcoq, a par ailleurs précisé qu’ils n’en sont pas à leur coup d’essai. Soutenus par la CGT-chômeurs, ils ont en effet réclamé les mêmes sommes dans un recours préalable entamé auprès de Pôle emploi en juillet dernier. Mais alors que l’opérateur public a refusé, les cinq chômeurs ont décidé de franchir un nouveau pas. Une démarche "totalement inédite", selon Me Videcoq.

Publicité
"Les dysfonctionnements sont incontestables"Pour assurer la défense de leurs clients, les avocats des plaignants vont notamment s’appuyer les articles du code du travail qui définissent les missions du service public de l’emploi, ainsi que sur le principe de "droit à l’emploi" évoqué dans de nombreux textes comme la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (DDHC). Plutôt confiante, Me Videcoq a estimé que cette démarche a "de grandes chances d’aboutir". Selon elle, "les dysfonctionnements sont incontestables".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité
Publicité