Dieudonné était de nouveau en garde à vue ce mercredi 22 janvier, suite à une plainte déposée par un huissier. Ce dernier, déclarant avoir été "molesté", aurait fait l’objet d’un tir de flashball. Une version qui diverge de celle de l’humoriste. 

© AFP

Entendu la nuit dernière peu avant son épouse, Dieudonné a de nouveau été auditionné ce mercredi 22 janvier, dans les locaux de la gendarmerie d’Eure-et-Loir. L’humoriste a fait l’objet d’une plainte pour violences à l’égard d’un huissier de justice venu délivrer plusieurs plis relatifs au paiement d’amendes. Le fonctionnaire aurait, selon le procureur, reçu un tir de flashball depuis le portail du domicile du polémiste.

Auditionné au cours de la nuit du 21 au 22 janvier sous le régime de la garde à vue, le comédien serait actuellement en cours de confrontation avec l’huissier, afin d’éclaircir les zones d’ombre de deux versions sensiblement contradictoires. C’est Dieudonné lui-même qui aurait demandé son placement sous ce régime, afin que son avocat puisse assister à la séance. En effet, tandis que le magistrat fait mention de menaces de mort, de tir et de "molestation", Dieudonné et son épouse, Noémie Montagne, quant à eux, ont déposé plainte pour "violation de domicile".

Dieudonné porte plainte également 

Publicité
L’avocat du couple explique que "Dieudonné voudrait qu’on le laisse tranquille, ou du moins qu’on le traite de façon normale, c’est-à-dire que les huissiers viennent à des heures normales pour lui remettre des plis". Constatant la non-coopération du prévenu, ces derniers auraient, selon les dires de l’avocat, tenté d’escalader le portail de sa propriété. Leur mission était de déposer des missives relatives à plusieurs amendes pour propos antisémites, dont le total s’élèverait à plus de 65 000 euros. 

En vidéo sur le même sujet : le mariage de Dieudonné et Noémie Montagne