En 2012, Nice a été la toute première ville de France à bannir la cigarette d’une de ses plages. Une initiative qui a depuis séduit une dizaine d’autres communes. Aujourd’hui, son maire LR, Christian Estrosi se dit "fier".

Planet : En 2012, Nice innovait en réservant une plage aux non-fumeurs. Trois ans après, où est-on ?Christian Estrosi : "Depuis l’été 2012, nous créons chaque année une nouvelle plage sans tabac : plage du Centenaire (2012), Plage de Lenval (2013), plage Sainte Hélène (2014) et depuis cette année plage des bains militaires. Sur ces 4 sites, il est interdit d’en griller une de 9 heures à 20 heures, sur la plage et dans l’eau sur une distance de 300 mètres, du 12 avril au 31 octobre.

En trois ans, neuf fumeurs invétérés (ou oublieux des règles) ont été verbalisés par la police municipale. Ce faible chiffre prouve que les plages sans tabac sont bien acceptées, tant par les Niçois que par les touristes qui apprécient de profiter des joies de la baignade sans les mégots de cigarette et sans la fumée.

A lire aussi - En images : ces 15 plages françaises où vous ne pouvez plus fumer

Planet : Depuis, d’autres communes lui ont emboité le pas. Que ressentez-vous ?Christian Estrosi : Je suis fier que Nice ait ouvert la voie. Fier de voir que les mentalités évoluent, pour le bien-être de tous et principalement des générations à venir.  En effet, ces plages sont principalement des espaces familiaux. Les objectifs de ces sites sans tabac sont principalement d’éliminer l'exposition au tabagisme passif (notamment celle des enfants),  de réduire l'initiation au tabagisme des jeunes et ‘dénormaliser’ l’usage du tabac afin de changer les attitudes face à un comportement néfaste pour la santé. Cette action est également favorable pour l’environnement : il est bien agréable de pouvoir profiter d’un site propre, dépourvu de mégots de cigarette !

Planet : Dans le cadre du projet 'Nice, ville sans tabac', quelles autres mesures avez-vous prises ?Christian Estrosi : Déjà en 2003, lorsque j’étais président du Conseil général des Alpes-Maritimes, j’avais lancé un plan de lutte contre le tabagisme afin de sensibiliser les agents aux méfaits du tabac et les aider dans une démarche de sevrage. Le Conseil général était alors devenu la première collectivité de France sans tabac.

J’ai récemment réitéré cette initiative pour les agents de la Métropole Nice Côte d’Azur, de la Ville de Nice et de son Centre Communal d’Action Social. Tous ceux qui souhaitent arrêter de fumer peuvent bénéficier d’une méthode d’aide au sevrage actif ‘le plan 5 jours’.  Plus de 180 agents en ont déjà profité et une prochaine session aura lieu courant novembre 2015.

Publicité
Par ailleurs, la ville de Nice organise ponctuellement des conférences animées par des médecins spécialistes  (Pneumologues, Cancérologues, Addictologues, Tabacologues …) pour évoquer les méfaits du tabac ainsi que des ateliers de sensibilisation".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :