Le roi Salmane d’Arabie Saoudite a finalement décidé de quitter sa résidence de Vallauris, quelques que jours seulement après son arrivée. Un départ précipité qui réjouit certains habitants de la région et fait grincer les dents des commerçants et professionnels du tourisme.

La polémique qui a entouré la venue du roi Salmane d’Arabie Saoudite a sans doute duré plus longtemps que son séjour en lui-même. Arrivé samedi 25 juillet à Vallauris, le souverain est finalement parti huit jours plus tard, direction le Maroc. Le roi n’a "pas écourté" son séjour à cause de la polémique, a assuré son entourage, précisant qu’il avait simplement suivi son "programme de vacances". Son ambassade à Paris avait pourtant indiqué qu’il était susceptible de séjourner en France du 20 juillet au 20 août. Quelques cinq cents chambres avaient par ailleurs été réservées pour les membres de sa suite dans des hôtels 4 et 5 étoiles de la région.

Les commerçants et professionnels du tourisme font la grimaceUne situation que beaucoup de commerçant et professionnels du tourisme déplorent amèrement. "Si le Prince s’en va, le reste suit", ont souligné dans Libération les gérants du Noub, un bar à chicha connu comme le "QG des Saoudiens" sur la Croisette. "Il y a deux tendances. Il y a ceux qui suivent le roi, par respect. Puis il y a ceux qui se disent : le roi est parti, on va pouvoir profiter", a quant à lui assuré un chauffeur pour les jeunes Saoudiens en vacances sur la Côte d’Azur, cité par le quotidien.

Mais quand bien même une partie de la suite resterait dans le Sud de la France, le chiffre d’affaires des commerçants sera en dessous de ce qu’ils avaient espéré. "Mon chiffre d'affaires va augmenter de moitié pendant la période estivale grâce aux Saoudiens. Tous les jours, le ‘palais’ nous commande des fleurs, et les palaces aussi. Ce qu'ils veulent, c'est que les compositions soient impressionnantes. Parfois, on a même du mal à les faire rentrer dans la voiture!", avait en effet confié à L’IndépendantSander Smids, un fleuriste néerlandais installé à Cannes. "Notre mois de juillet va être exceptionnel, avec un chiffre d'affaires en augmentation de 15 à 20% par rapport à l'an dernier. En termes d'emploi, c'est aussi beaucoup de contrats supplémentaires car il s'agit d'une clientèle exigeante: il faut mettre du monde à son service", avait également affirmé Michel Chevillon, président du syndicat des hôteliers cannois. Selon lui, les 20 jours de présence de saoudiens devaient représenter 8 à 9 millions d'euros.

Les installations démontéesDe leur côté, les vacanciers assistent au démontage des infrastructures mises en place pour la venue du roi : ponton, ascenseur… La préfecture, qui avait accepté ses aménagements pour garantir la sécurité du roi, s’était en effet engagée à ce qu’ils soient tous démontés après son départ. Comme que le rapporte Le Figaro, les baigneurs ont de nouveau pu accéder à la plage publique qui avait été privatisée en-dessous de la villa du roi Salmane. Les serviettes de plages et parasols côtoient ainsi les échafaudages en métal, le temps que toute trace du passage du souverain d’Arabie Saoudite.

Publicité
Le roi est parti dans une autre de ses résidencesLe roi Salmane aurait quant à lui posé ses valises à Tanger  où il dispose également de résidences, dont une à proximité d’un palais du roi du Maroc. Il apprécie cet endroit qu'il fréquente "depuis près de 20 ans", selon le site d'informations marocain Medias 24.

Vidéo sur le même thème : Vallauris : une plage publique interdite d'accès durant les vacances du roi saoudien 

 

Publicité
Publicité