Selon une étude réalisée par trois chercheurs aux Etats-Unis, la Terre risque de subir une nouvelle extinction de masse. Le genre humain serait le premier concerné.

La destruction de la planète est un sujet courant chez les scientifiques. Le genre humain est la cause de nombreux problèmes écologiques, et selon les chercheurs américains des universités Stanford, Princeton et Berkeley (Californie, Etats-Unis), cela pourrait conduire l'homme "disparaître en premier".

En effet, comme pour les dinosaures, notre espèce est menacée par une nouvelle phase d'extinction de masse. C'est en tout cas ce que pensent certains scientifiques. Gerardo Ceballos estime que le processus pourrait toucher l'ensemble des espèces biologiques. La nôtre ferait même partie des "premières à disparaître". Mais pour le moment, le docteur ainsi que ses confrères ne font que constater l'impact de notre mode de vie sur la biodiversité. "Depuis 1990, plus de 400 espèces de vertébrés ont disparu de la planète. Une extinction de cette ampleur devrait prendre normalement 10 000 ans", font-ils remarquer dans une interview à Epochtimes

À lire aussi - Chine : des oeufs de dinosaures découverts sur un chantier

"Assis sur la branche que nous avons sciée"

Publicité
Dans un entretien avec Le Point, David Miller, directeur des technologies à la Nasa, se veut rassurant. Il explique que notre disparition est une possibilité mais que "nous sommes plus intelligents que les dinosaures". Aussi, et toujours selon lui, "nous pouvons prendre en charge notre sécurité en tant qu'espèce sur Terre". Une capacité qui demande toutefois de sérieux efforts, soulignent les chercheurs

Vidéo sur le même thème : Des dinosaures domestiques, et si on y coyait ?