Le jeune homme a avoué avoir tué sa petite amie lors de sa garde à vue mais la raison de ce déchaînement de violence reste encore floue.

Alors qu’il s’est présenté de son propre chef à la police dans la nuit de mardi à mercredi, le petit ami de la jeune femme retrouvée morte égorgée dans un parc de perpignan (Pyrénées-Orientales) a avoué le meurtre. Selon Fabien Large, son avocat, il l’aurait tuée à l’arme blanche. "Il a tout reconnu, quatre coups de couteau, et il a reconnu qu'il l'avait égorgée", a-t-il ainsi expliqué à l’AFP.

A lire aussi - Perpignan : la jeune femme "égorgée" victime d’un crime passionnel ?

De plus, l’avocat a précisé que la femme de 17 ans comptait rompre avec le jeune homme. "Il est dans une relation passionnelle. Elle ne voulait plus de lui. Il a essayé de la récupérer. Il a perdu le contrôle, a-t-il déclaré. Cela faisait un bon moment qu'elle ne voulait plus de lui." Dans la matinée, Achille Kiriakides, le procureur de la République, avait déjà laissé entendre qu’il pouvait s’agir d’un crime passionnel.

Le petit ami était connu des services de police

Le petit ami de 18 ans est connu des services de police. Selon Metronews, il aurait un "parcours chaotique" et serait réputé comme "très nerveux". Il aurait même été signalé au service du renseignement territorial des Alpes-Pyrénées, d’après RTL. En cause : une altercation au lycée suite à laquelle l’établissement où était scolarisé le jeune homme avait dit craindre une "dérive sectaire" de sa part.  

Publicité
Toutefois, des zones d’ombre subsistent et les enquêteurs tentent désormais de savoir ce qui a poussé le jeune homme a tué sa petite amie. Aussi, son avocat a expliqué s’attendre à ce qu’il soit rapidement mis en examen.

Le corps de la victime, lardé par des coups de couteau au visage, au cou et au torse, avait été retrouvé mardi près d’un ruisseau dans un parc à proximité d’un lycée de la ville. 

En vidéo sur le même thème - Disparues de Perpignan : Jacques Rançon avoue le meurtre de Marie-Hélène Gonzales