Selon Le Point, l'ancien directeur du service audiovisuel public a été mis en examen aujourd'hui par le juge Van Ruymbecke pour favoritisme dans l'affaire Bygmalion.

© AFP

Dans le cadre de l'affaire Bygmalion, l'ancien patron de France Télévision vient d'être mis en examen selon Le Point. En cause, des contrats juteux qu'il aurait accordé à la société fondée par des proches de Jean-François Copé. Créée en 2008 par Bastien Millot et Guy Alvès, la PME spécialisée dans la communication aurait touché en cinq ans plus de 1,2 million d'euros en provenance de l'audiovisuel public.

Les conditions dans lesquelles les contrats auraient été passés ont conduit le juge Van Ruymbecke à mettre Patrick de Carolis en examen pour "favoritisme".

En 2005, ce dernier avait recruté Bastien Millot au poste de numéro 2 de France Télévision. Le cofondateur de Bygmalion était d'ailleurs encore aux responsabilités lorsqu'ont été signés les premiers contrats de "conseil" entre France Télévision et Bygmalion.

Alors qu'il mettait sur pied l'année suivante sa petite entreprise, Bastien Millot, par ailleurs ancien chef de cabinet de Jean-François Copé, a touché 430.000 euros via Bygmalion de la part de France Télévisions.

Publicité
La société est pousuivie pour "recel de favoritisme". Du côté de France Télévisions, ont été mis examen Patrick de Carolis ainsi que Camille Pascal, ex-conseiller audiovisuel de Nicolas Sarkozy.  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :