Trois femmes kurdes ont été retrouvées mortes à l’Institut kurde de Paris dans la nuit de mercredi à jeudi. Les victimes ont été tuées d’une balle dans la tête. Une enquête a été ouverte.

Que s’est-il passé ? Les corps de trois femmes d’origine kurde ont été découverts dans la nuit de mercredi à jeudi à l’Institut kurde de Paris, dans le Xe arrondissement de Paris. Selon une source policière, chacune des victimes a été tuée d’une balle dans la tête. Le responsable du centre, Léon Edart a par ailleurs indiqué que l’une des trois femmes était Fidan Dogan, 32 ans, permanent du centre d’information. L’identité des deux autres victimes n’a pas encore été dévoilée. Léon Fidan a cependant précisé que toutes les trois étaient des activistes kurdes.

Publicité
Déterminer les circonstances exactesToujours d’après le responsable de l’Institut, les trois femmes se trouvaient seules dans les bureaux mercredi en milieu de journée. En fin d’après-midi, un membre de la communauté aurait souhaité les y rejoindre mais, faut d’avoir les clés et d’avoir pu renter, il aurait renoncé et fait demi-tour. Ce n’est que le lendemain matin que les corps ont été découverts, vers 2 heures. Une enquête a été ouverte et confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire de Paris. "La scène peut laisser penser qu’il s’agit d’une exécution, mais l’enquête devra éclaircir les circonstances exactes de ce drame", a indiqué la police. Une centaine de membres de la communauté kurde s’est d’ores et déjà rassemblée devant l’immeuble où ont été trouvés les corps. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité