Un homme a violement été agressé à la gare du Nord, en 2010, insulté de  "sale français" et "sale blanc". L’un des trois auteurs présumés de cette agression comparait ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Paris.

Ce vendredi, s’est ouvert au tribunal correctionnel de Paris un procès pour agression avec la circonstance aggravante de "racisme". Les faits remontent à septembre 2010, trois individus ont tabassé un usager du métro à la gare du Nord après lui avoir demandé une cigarette. La victime a reçu des coups de tesson de bouteille et s’est vue insultée  de "sale blanc" et de "sale Français" par ces agresseurs.

Vers un nouveau racisme ?Pour la première fois dans ce type d'affaire,  la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA) est représentée partie civile.  Un seul des trois auteurs présumés de l’agression a été arrêté, il encoure jusqu’à  cinq ans de prison et 75.000 euros d’amende pour agression physique et verbale ayant entraîné une interruption temporaire de travail (ITT) supérieure à 10 jours.

Publicité
Cette affaire rappelle le mouvement de Jean-François Copé qui, durant la campagne pour la présidence de l’UMP, avait fait part de l’émergence d’une nouvelle discrimination : le "racisme anti-blancs". L’auteur du Manifeste pour une droite décomplexée avait dès lors créé la polémique autour de "l’affaire du pain au chocolat interdit pour cause de ramadan".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité