Le procès du "gang des petites voleuses" du métro à débuté lundi au tribunal correctionnel de Paris. Ces dernières écumaient les rames du métro parisien afin de vider les poches des usagers.

Elle visaient en particulier les personnes âgées et et les touristes asiatiques.Le procès du "gang des petites voleuses" s’est ouvert lundi devant la 11e Chambre du tribunal correctionnel de Paris. Entre chefs de file, intermédiaires et petites mains, en tout vingt-deux prévenus sont attendus sur le banc des accusés tout au long du procès.

Féhim Hamidovic, âgé de 60 ans, est décrit comme le tête pensante du clan, le "patriarche", le parrain diront même certains. Il est soupçonné de diriger un réseau qui force des mineurs à voler dans les rames du métro,à Paris. D’après le Parisien, les jeunes filles "commençaient par équipes de quatre ou cinq à sillonner, vers 7 heures, les couloirs du métro et enchaînaient une dizaine d’heures, avec l’ordre de rapporter à leurs "chaperons" entre 200 euros et 300 euros par jour, contre une rémunération de 10 euros".

Féhim Hamidovic nie tout en bloc

Publicité
Le principal accusé, Féhim Hamidovic, s’emploie méticuleusement à nier toutes les accusations qui sont portées contre lui à la barre. D’ailleurs, il ne cesse d’affirmer :" Je n’ai rien fait. Je suis accusé à la place d’un autre". Le sexagénaire bosniaque est soupçonné de traite d’êtres humains et d’association de malfaiteurs. Il aurait déjà été condamné en 2007 à Vienne, en Autriche, pour des faits similaires. La décision du tribunal sera rendue le 24 avril.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité