Une semaine après s’être écharpé avec l’ancienne Première dame sur Twitter, l’animateur en a remis une couche samedi sur le plateau d’ "On n’est pas couché". Découvrez ce qu’il a dit.

La guéguerre n’en finit pas entre Laurent Ruquier et Valérie Trierweiler. Depuis une semaine le torchon brûle entre la journaliste et l’animateur télé. La semaine dernière, tous les deux s’étaient livrés à un premier échange d’amabilités sur Twitter. Alors que Laurent Ruquier évoquait à l’antenne son fils, Léonard Trierweiler, l’ex-compagne du président lui a reproché d’avoir dit qu’il était le fils de François Hollande. "De la rigueur sur l’essentiel", lui avait-elle demandé sur le réseau social. Un message qui a ouvert la voie à un échange de tweets entre elle et Laurent Ruquier. Ce dernier arguant qu'elle avait mal compris ce qu'il avait voulu dire. La journaliste de Paris Match avait finalement conclu en l’appelant à "apprendre à parler distinctement". Piquante, elle avait également ajouté: "Amuseur public est aussi un métier, à défaut d’être journaliste".

A lire aussi - Ce que Valérie Trierweiler va payer aux impôts

"J’ai enfin compris le calvaire qu’a vécu notre président"

Publicité
Une réplique qui n’a visiblement pas plu à l’animateur d’On n’est pas couché. Aussi, a-t-il décidé d’en remettre une couche samedi. "J’ai enfin compris le calvaire qu’a vécu notre président de la République pendant des années !", a-t-il lâché samedi dans son émission à propos de « l’incident » de la semaine précédente. "Nous vous convions à venir parce que je crois que votre œuvre littéraire de grande journaliste sort en livre de poche. Je serai ravi de recevoir vos cours de distinction", a-t-il ensuite déclaré, s’adressant visiblement à Valérie Trierweiler alors absente du plateau. Bien décidé à enfoncer clou, Laurent Ruquier a également enjoint les journalistes de son équipes, Léa Salamé et Aymeric Caron à "bien faire leur travail" car "elle (Valérie Trierweiler, ndlr) les regarde et que s’il y a bien une icône du journalisme, c’est elle".