C'est un fait divers à tiroirs qui a conduit les policiers de Néry sur la piste d'une macabre affaire. Une violation de sépulture en lien avec plusieurs viols commis sur une jeune fille confiée à des voisins.

La réalité dépasse la fiction dit-on souvent à propos d'histoires extraordinaires. C'est également le cas des histoires sordides. Le Point a révélé un fait divers dont le scénario pourrait supporter la comparaison avec un véritable film d'horreur. Alors qu'ils enquêtaient sur la plainte pour viol d'une collégienne de Néry, dans l'Oise, les policiers ont mis au jour une affaire connexe de violation de sépulture.

Violée.. par ses voisins Tout commence quand des voisins du hameau de Vaucelles proposent à la collégienne de l'héberger chez eux suite à l'internement en hôpital psychiatrique de sa mère. Les voisins, un couple de sexagénaires, en profitent pour abuser d'elle à plusieurs reprises, raconte-elle aux policiers. Les enquêteurs effectuent alors des investigations pour étayer ses dires, et auditionnent en parallèle les deux suspects. Ceux-ci passent rapidement aux aveux et font d'étranges révélations aux enquêteurs : la mère de la petite ne serait pas, elle non plus, blanc-bleu, et s'adonnerait à la profanation de sépulture.

Publicité
Un crâne et de le terreMis sur la piste, les policiers perquisitionnent le domicile familial et découvrent des morceaux de crâne humain avec des résidus de cheveux dans une boite. Dans la chambre, ils découvrent également un jouet d'enfant avec de la terre. Le crâne appartiendrait au frère de la victime, un enfant trisomique décédé de mort naturelle à l’âge d’un an. Les enquêteurs pensent que la mère serait allée déterrer le corps avant de le ramener chez elle. Le parquet de Senlis a ouvert une information judiciaire pour "recel de cadavres". 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :