D’après Le Canard Enchaîné, le PDG de Radio France payerait un chargé en communication 90 000 euros par an afin de l’aider à gérer son image.

Une semaine après les révélations du Canard Enchaîné sur le coût des rénovations du bureau du PDG de Radio France, le journal satirique confie dans le numéro de ce mercredi que Mathieu Gallet aurait fait appel à un expert en communication, rémunéré 90 000 euros par an.

Lire aussi - Polémique autour du très cher bureau du patron de Radio France

Alors que "Radio France dispose déjà d’un gros contrat de communication", rappelle Le Canard Enchaîné, Mathieu Gallet a embauché Denis Pingaud, un ancien d’Euro RSCG qui a créé sa propre société de communication, Balises. Il est chargé de "gérer son image et de l’accompagner stratégiquement". Le PDG de 38 ans, avait déjà fait appel à ce spécialiste en communication lorsqu’il dirigeait l’Institut national de l’audiovisuel (INA). Mathieu Gallet aurait d’ailleurs omis de mettre le contrat en conformité avec la loi. "Depuis une ordonnance de 2005, les textes exigent pour ce type de marché une mise en concurrence dans les entreprises publiques", explique l’hebdomadaire satirique.

La direction de Radio France a dénoncé "catégoriquement les allégations" du journal dans un communiqué publié ce mardi soir. Avant d’ajouter que "le contrat d’un consultant extérieur auprès de la présidence a été conclu en juin 2014 pour une durée d'une année après avis de la direction des affaires juridiques, en remplacement de deux contrats de conseil de la précédente présidence d'un montant équivalent ". La direction affirme également que ce contrat sera "remis en concurrence" au bout d’un an.

"Je vois bien le type de campagne de déstabilisation qui semble s'organiser"

Nommé l’année dernière à la tête de Radio France, Mathieu Gallet a depuis suscité de nombreuses polémiques. Il aurait ainsi fait rénover son bureau pour un montant total de 105 000 euros. Une somme qui a fait bondir les salariés, au moment où la Maison ronde doit combler son déficit estimé à 21, 3 millions d’euros. Le Canard Enchaîné revient ce mercredi sur cette controverse en remettant en question le montant concernant la restauration des "boiseries et meubles anciens", évalué à 70 000 euros. Le journal a contacté l’ouvrier qui a fait les travaux et qui a déclaré les avoir facturés 35 494 euros. Lorsque l’hebdomadaire a interrogé la direction de Radio France au sujet des 34 506 euros disparus, elle a expliqué qu’il y a : "12 000 euros d'honoraires en plus pour Architrav (la société chargée de choisir l'ébéniste), 3 700 euros pour refaire les trous des prises électriques dans les palissandres et un peu moins de 20 000 euros pour démonter et remonter les boiseries qui avaient été mal montées, ce qui a été demandé à un autre menuisier".

Lire aussi - Radio France : après le bureau, la nouvelle voiture du PDG fait polémique

Publicité
"Ces travaux s'inscrivent dans une enveloppe de 2,9 millions d'euros prévue au budget 2014 et que le dépassement de facturation par rapport aux devis initiaux s'explique par la complexité de l'opération de restauration et l'intervention de plusieurs entreprises spécialisées et non d'une seule", a poursuivi la direction de la Maison ronde. De son côté, le jeune PDG avait confié ce lundi au Monde : "Beaucoup de calomnies circulent sur mon compte, comme le fait que j'aurais voulu changer le cuir de la voiture de mon prédécesseur, ce qui est totalement faux. Je vois bien le type de campagne de déstabilisation qui semble s'organiser. Je m'attends à d'autres prétendues révélations". De son côté, la ministre de la Culture, Fleur Pellerin juge insuffisantes les propositions du dirigeant de Radio France.

Vidéo sur le même thème : Radio France : plus de 100 000 euros de travaux pour le nouveau bureau du président du groupe