Mardi dernier, trois grands réseaux de prostitution ont été démantelés entre le Gard et Avignon. La proxénète présumée serait une ténancière d'hôtel agée de 85 ans. 

La semaine dernière, les policiers du SRPJ de Montpellier ont démantelé trois importants réseaux de prostitution entre Nîmes (Gard) et Avignon (Vaucluse) dont la "maquerelle en chef" n'était autre qu'une tenancière d'hôtel, agée de 85 ans !

Selon Infos-H24, la proxénète présumée de ce vaste réseau de prostitution qui comprenait des ramifications en Bulgarie et Roumanie était la tenancière d'un hôtel de Lédenon (Gard), une petite commune de 1 380 habitants à l'est de Nîmes.

D'autres proxénètes dirigeaient le réseau depuis leur cellule de prison. Un d'entre eux envoyait les consignes depuis la maison d'arrêt du Pontet (Vaucluse), où il purge actuellement une peine de 4 ans pour proxénétisme aggravé. Deux autres proxénètes ont été repérés dans la prison du Gasquinoy à Béziers, et un troisième au centre prénitentiaire de Nîmes. Les dirigeants des trois réseaux se retrouvaient dans l'hôtel de cette octogénaire où logeaient les prostituées.

A lire aussiProstitution : la pénalisation du client votée par les députés

Une trentaine de prostituées identifées

Selon Info H-24, une trentaine de prostituées ont été identifées et interrogées par la police. Celles-ci étaient françaises, roumaines et bulgares. Selon Jean-Marc Droguet, patron de l’Office Central pour la Répression de la Traitre des Etres Humains (OCRTEH), les jeunes filles disent avoir été traitées avec "une extrême violence, des menaces avec armes et des coups et blessures" par leurs surveillants. Celles qui ne récoltaient pas assez d'argent étaient violentées dans l'hôtel de Lédenon en présence de la gérante de 85 ans.

Publicité
Au total, dix hommes et deux femmes ont été interpellés en France mais d'autres arrestations ont également eu lieu en Roumanie et Bulgarie. La "proxénète en chef", elle, a été mise en examen à Marseille.

En vidéo sur le même thème : Manifestation des prostituées à Pigalle : "Il serait temps de nous écouter !"