La mairie de Nice a récemment refusé de célébrer l’union civile de deux citoyens de confession musulmane qu’elle soupçonne d’être des djihadistes.

Suspendu pour "radicalisation". Voici le motif qu’a récemment invoqué le parquet saisi par la ville de Nice pour refuser de célébrer l’union civile d’un couple de confession musulmane. Soupçonnant les futurs époux d’être des djihadistes, la maire de la ville a en effet fait appel au parquet pour suspendre la date de leur mariage. En cause notamment, la récente condamnation du futur marié par le tribunal correctionnel de Nice. Le 21 janvier dernier, il a écopé de six mois de prison avec sursis pour avoir agressé un boulanger  que lui et deux autres hommes de confession musulmane accusaient de ne pas être "un bon musulman". D’autre part, l’un des trois agresseurs était déjà considéré comme un individu à surveiller par la direction générale de la sécurité intérieure, ce qui aurait alerté la mairie de Nice.

A lire aussi – Pourquoi diable les adolescentes partent-elles faire le djihad en Syrie ?

Ils ont décidé de bloquer la mairie

A lire aussi - Combien de djihadistes ont profité des aides sociales en 2014 ?

"Le procureur de la République a fait savoir lundi matin à la Ville qu'il recevait cette opposition et a prononcé un sursis à la célébration du dit mariage", a-t-elle rapporté lundi tout en précisant que les fiancés en avaient été informés par la justice en fin de semaine dernière.

Publicité
Pour autant, le couple et ses proches se sont quand même présentés à l’hôtel de ville lundi après-midi. Vers 15h30, le groupe a même "bloqué" la rue menant au bâtiment en "faisant un usage intempestif des avertisseurs", a rapporté la mairie. L’avocat du futur marié n’a pas souhaité commenter l’affaire.

Vidéo sur le même thème - Prestations sociales versées aux djihadistes : "des manquements qui n'existent pas en nombre"