Le 24 octobre, Jacques Veyrac, une septuagénaire fortunée, était enlevée par plusieurs hommes en plein milieu de la journée. Pendant deux jours, elle a été enfermée dans une voiture.

Le 24 octobre dernier, Jacqueline Veyrac, une femme d'affaires richissime, était enlevée en pleine rue, et en plein milieu de la journée à Nice. Pendant 48 heures, la femme de 76 ans a été séquestrée à l'arrière d'une fourgonette de type Renaud Kangoo.

Ce jeudi matin, Le Parisien a publié le témoignage de cette propriétaire d'un cinq-étoiles à Cannes et d'un restaurant huppé de Nice.

Pendant toute sa captivité, elle séjournait sur un matelas sale et usager à l'arrière de la fourgonnette. "Ils m'ont attaché les mains avec des serre-joints en plastique", raconte-t-elle aux policiers. Puis ses ravisseurs la bâillonnent avec du ruban adhésif, allant même jusqu'à lui bander les yeux à plusieurs reprises avec l'adhésif.

A lire aussi - Enlèvement d’une millionnaire à Nice : sur la piste d’une affaire d’héritage ?

Elle donne du fil a retordre à ses ravisseurs

Aux enquêteurs, la femme d'affaires explique que le jour du rapt, le véhicule a roulé pendant 30 minutes avant de s'arrêter. Très vite, Jacqueline Veyrac va chercher à se défaire de ses liens, se débattant sans cesse. Si bien qu'elle parvient à desserrer les liens en plastique autour de ses poignets ou a mettre des coups de pied dans la carrosserie. Mais, jamais très loin, ses deux geôliers viennent lui resserrer un peu plus les liens à chaque fois. "A tel point que lorsqu'elle sera délivrée ses avant-bras laisseront apparaître de profondes entailles et des plaies à vif", note Le Parisien.

Cependant, ses ravisseurs comment à s'agacer de voir que la veille dame leur résiste. Elle refusera même la nourriture de ses ravisseurs, qui l'empêcheront, eux, d'aller aux toilettes.

Un passant l'entend et la délivre

Après cet arrêt sur le bord de l'autoroute, Jacqueline Veyrac se souvient que la voiture est repartie puis s'est arrêtée encore. Le lendemain, alors que ses deux geôliers ne sont plus dans la voiture, elle entend des bruits de pas. La millionnaire se débat alors et tape dans la carrosserie avec l'espoir qu'on l'entende. Bingo ! Le passant s'avance et finit par la délivrer. Jacqueline Veyrac est alors éprouvée "mais les secouristes et les policiers sont impressionnés par sa vaillance".

Publicité
Son avocate, Me Sophie Jonquet, ne dit pas mieux : "Elle a fait preuve d'un courage et d'une persévérance hors norme. On peut même parler d'un comportement héroïque pour une femme de son âge ayant subi des conditions de séquestration aussi dégradantes."

Vidéo sur le même thème : Nice : pourquoi Jacqueline Veyrac a-t-elle été enlevée ?

Publicité