Un homme de 39 ans a été interpellé lundi soir. Il avait mis en vente sur internet les effets personnels de personnes tuées le 14 juillet sur la promenade des Anglais.

Lundi soir, la police a arrêté un comme pour avoir récupéré des objets sur la promenade où avait déboulé le camion. Comment a-t-il été repéré ? Selon Nice Matin, il les revendait sur Le Bon Coin avec pour commentaire "objets récupérés sur la Prom"...

À lire aussi – Attentat de Nice : des escrocs collectent des dons au nom du Secours Populaire

 Des bracelets, bagues, lunettes, drapeaux... 

L’appartement de l’accusé était, d’après Nice Matin, empli "d’objets à l’origine douteuse : bracelets, bagues, lunettes, drapeaux...". L’accusé a nié avoir pillé les cadavres et le lieu du crime. Sa garde à vue entamée lundi a été prolongée le lendemain pour que l'enquête continue.

Publicité
Ce phénomène n'est pas isolé. Il avait été décrit par le journaliste William Langewiesche dans son livre American Ground, dont des extraits ont été publiés par L’Express. Au moment du 11 Septembre 2001, il écrit qu’un "vaste processus de pillage" avait été entamé "avant même que les tours ne tombent".

Vidéo sur le même thème – Crash du MH17 : la vidéo du pillage des passagers qui "écoeure" l'Australie

Publicité