La maison secondaire d'un couple de retraités nantais a été prise d’assaut par une dizaine de squatteurs. Ces derniers ont indiqué sur la porte de la demeure que celle-ci était désormais leur domicile, plongeant les septuagénaires dans une situation très délicate. 

Les voisins n’y ont vu que du feu. Sur la porte d’entrée d’une maison cossue des quartiers Est de Nantes, on peut pourtant lire un écriteau évocateur : "Cette maison est habitée depuis le 1er août 2017. Ceci est notre domicile", indique Ouest France. Cette demeure est squattée depuis cette date par treize individus qui ont même mentionné leur nom sur le message. Ces derniers ont ajouté sur la pancarte : "Nous respectons le lieu, nous ne voulons rien détériorer. Nous sommes sinon à la rue (…) Merci de votre compréhension."

Les propriétaires sonty eux sous le choc. Ils n’étaient pas revenus dans leur maison "annexe", qu’ils avaient achetée dans les années 70, depuis plusieurs semaines et n'ont été prévenus du squat que tardivement par leur voisinage. Un élément qui ne joue pas en leur faveur, bien au contraire.

A lire aussi : Logement squatté : quels recours pour le propriétaire ?

Des squatteurs très discrets

Pendant plusieurs jours, rien n’a attiré l’attention des voisins. "On n’a absolument rien entendu, pas un bruit, pas de musique, rien", rapporte l’un d'eux à Ouest France, avant d’ajouter : "Mais ils présentent bien, ils disent bonjour". Ce sont finalement des cagettes, déposées devant l’entrée, qui leur ont fait comprendre que la maison était habitée.

Publicité
Selon Ouest France, les squatteurs seraient entrés par le jardin de la maison, avant de forcer la porte puis de changer les serrures. Il a donc été impossible au couple de retraités de rentrer dans leur propriété. Ces derniers vont désormais devoir engager une procédure d’expulsion devant un tribunal d’instance afin de regagner leur bien. En effet; les policiers ont été prévenus au-delà des 48 heures légales après l’intrusion, pour pouvoir déloger les squatteurs. Contactés par Ouest France, les propriétaires n'ont pas souhaité s'exprimer avant de trouver un avocat.  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :