Lors d’une conférence sur le handicap jeudi, François Hollande et son ministre ont annoncé des postes supplémentaires sous un acronyme qui rappelle un peu trop celui de l’Etat islamique.

La boulette… Lors de la quatrième conférence nationale du handicap jeudi matin, le ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a évoqué avec François Hollande la question de l’accompagnement des 280 000 enfants handicapés qui sont scolarisés.

Jusqu’à présent, ces enfants étaient accompagnés par des auxiliaires de vie scolaire (AVS) dont les contrats étaient précaires. Pour y remédier, le gouvernement a décidé de les supprimer et de les transformer sur cinq ans en "contrats d’Accompagnants des Elèves en Situation de Handicap", abrégés par l’acronyme AESH.

A lire aussiQuand Najat Vallaud-Belkacem fait… des fautes de français

"La création de 32 000 postes d'AESH, c'est une excellente nouvelle !"

Sur son compte Twitter, Najat Vallaud-Belkacem s’est aussitôt réjouie de cette nouvelle en écrivant : "Bref, la création de 32 000 postes d'AESH dont 6000 dès 2016, c'est une excellente nouvelle !"

Publicité
Seulement, en ajoutant le "d’", l’acronyme pend tout de suite une autre tournure : il s’agit de celui de l’Etat islamique en langue arabe. Une bévue qui a bien fait rire (ou pas) sur le réseau social. Peu de temps après, le ministre de l’Education a refait un tweet en enlevant l’acronyme, et en écrivant en toutes lettres les postes d’accompagnants d’élèves en situation de handicap.

Vidéo sur le même thème : Le malaise de Najat Vallaud-Belkacem devant un "musulman normal" qui refuse de condamner clairement l'EI