Une muniterie a éclaté jeudi après-midi à la prison de Bourg-en-Bresse. Les détenus ont refusé de regagner leurs cellules car on leur refusait de porter un short.

Jeudi après-midi, vers 16 heures, une mutinerie a éclaté à la prison de Bourg-en-Bresse. Une prison, vieille de seulement trois ans, qui accueille près de 700 détenus. Une trentaine de détenus se sont ainsi retranchés dans l’un des étages de la maison d'arrêt, refusant de regagner leurs cellules. Motif ? Les détenus protestaient essentiellement contre les décisions d’un juge d’application des peines, qu’ils estiment trop "sévère" ou "restrictif ". Ces derniers n’ont pas obtenu la permission de porter un short. Malgré les fortes chaleurs, le port du short serait interdit par le règlement.

Mobilier vandalisé

Aucun blessé n’est à déplorer mais les mutins ont fait beaucoup de dégâts. Le mobilier d’une aile du bâtiment ainsi que le système de vidéosurveillance, des lumières et des canalisations d’eau ont été détruits. Les détenus auraient également placé du mobilier en travers de la coursive pour empêcher tout accès. Ils ont finalement été maîtrisés trois heures plus tard grâce aux forces d’intervention de l’ERIS, les équipes régionales d’intervention et de sécurité, qui ont été appelées sur place afin de rétablir l’ordre.

"Un incident ordinaire"

Publicité
Il n'y aurait pas eu de violence pendant cette mutinerie, mais des échanges d'insultes avec les gardiens. Jointe par Le Parisien, la préfecture évoque une "bricole" et une "poignée de détenus". Une membre du personnel administratif de la prison a signalé que ce genre de mutinerie était un "incident ordinaire", et que le système d’alarme n’avais pas été déclenché. Preuve que les débordements ne seraient pas de grande ampleur.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :