Personnage clé de l'affaire Grégory, Murielle Bolle est assignée à résidence depuis 3 mois à Saint-Honoré-les-Bains (Nièvres). Jean-Charles Boizot, l'ancien maire de la commune, raconte son nouveau quotidien.

Murielle Bolle, 48 ans, est mise en examen pour "enlèvement suivi de mort". Suite à ces accusations, elle a été assignée à résidence à Saint-Honoré-les-Bains, dans la Nièvre, et placée sous contrôle judiciaire. Pour la soutenir, l'ancien maire, Jean-Charles Boizot, a mis à sa disposition un de ses appartements. Jusqu'à présent, elle vivait dans son appartement Vosgien mais la condition d'une assignation en résidence était de s'éloigner de son foyer.

A lire aussi: Affaire Grégory : le rapport des gendarmes qui accable Murielle Bolle

Dans Le Parisien, Jean-Charles Boizot témoigne : Murielle Bolle "n'a qu'une hâte, rentrer chez elle dans les Vosges". Comme il l'explique, elle doit se rendre à la gendarmerie tous les mardis et les vendredis pour pointer. "Alors que les gendarmes passent régulièrement devant son logement, franchement ils ne pourraient pas la faire signer chez elle ?". De plus, elle ne possède pas de véhicule c'est donc son logeur qui l'emmène.

Pendant ses journées, Murielle Bolle alterne entre émissions télé, mots croisés et jeux de cartes. Pendant les vacances précédentes, elle a reçu la visite du plus jeune de ses fils "mais celles qui lui manquent le plus, ce sont ses sœurs, restées dans les Vosges. Du fait de son contrôle, elle n'a pas le droit de les voir. Mais là encore il n'y a pas de logique, Murielle voit ses fils, qui eux-mêmes peuvent rencontrer leurs tantes...", ajoute Jean-Charles Boizot.  

De la compassion

Publicité
Outre l'ancien édile, Murielle Bolle a aussi le soutien de certaines personnes de la commune. Une habitante souhaitant rester anonyme ajoute avec compassion "pour moi, elle n'a rien fait de répréhensible. Ça doit pas être drôle pour elle de vivre en solitaire dans ce coin perdu". Catherine, une, cliente du bar Saint Ho révèle qu'elle non plus "ne voudrait pas être à sa place" et a "de la peine pour elle. (..) Elle voit personne ou presque. Je l'inviterais bien pour un café mais je pas si j'ai le droit, et puis elle doit se méfier..."

Murielle Bolle, adolescente au moment des faits, a été mise en examen pour "enlèvemement suivi de mort".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :