Le journaliste de France 3, auteur de la vidéo qui a révélé au grand jour le "mur des cons" du syndicat de la magistrature, a été auditionné ce lundi par un conseil de discipline au siège de France Télévisions. Il lui est reproché de ne pas avoir respecté "ses obligations contractuelles" en transmettant le fichier au site Atlantico.fr.

Clément Weill-Raynal a été entendu pendant pas moins de quatre heures lors d’un conseil de discipline au siège de France Télévisions ce lundi. Le journaliste de France 3 est à l’origine de la vidéo qui a fait scandale en dévoilant "le mur des cons" du syndicat de la magistrature. Ce dernier est accusé de ne pas avoir respecté "ses obligations contractuelles". "Il n'a, à aucun moment, informé sa rédaction qu'il avait filmé ces images, il a caché en être l'auteur, y compris lorsqu'il les a commentées à l'antenne, et il a nié devant sa hiérarchie les avoir filmées", lui a ainsi reproché son employeur dans un communiqué.

Des sanctions à venir ?Dans le document, les membres du conseil ont affirmé que "les arguments développés par Clément Weill-Raynal n'ont pas permis à la direction de modifier son appréciation des faits". Alors que le conseil de discipline a requis, à titre consultatif, "sept jours de mise à pied" avec un retrait sur salaire, le journaliste risque tout de même le licenciement.

Le journaliste a été soutenu lors d'un rassemblement devant le siège de France Télévisions, à l'image de Pierre-Yves Bournazel. L'ancien président de l'Assemblée Nationale, Bernard Accoyer a également publié une tribune dans Le Figaro, pour que le journalsite ne soit pas sanctionné mais "montré en exemple".

Publicité
Clément Weill-Raynal a par ailleurs réagi dans un communiqué dans lequel il "refuse par avance tout principe de sanction, n'ayant dans cette affaire ni commis de faute professionnelle, ni jamais manqué ni de loyauté et d'honnêteté vis-à-vis de la hiérarchie de France 3". il estime "n'avoir fait que son travail de journaliste et de citoyen" en ayant révélé l'existence du "mur des cons".La sanction décidée par la direction devrait très certainement être communiquée dans les jours à venir.

 

Voici la vidéo du mur des cons au syndicat de la magistrature 

 

Publicité