Un mur devrait prochainement voir le jour entre la France et la Belgique le long d’une future aire d’accueil pour gens du voyage. Les maires des deux communes donnent leur version des faits.

A Wattrelos dans le Nord, la municipalité a pris la décision de construire un mur de 2, 50m de haut le long de la future aire d’accueil pour gens du voyage prévue pour 2016. Cette zone réservée aux gens du voyage se trouvera face à la frontière belge, à proximité du village de Herseaux-Ballons qui dépend de la municipalité de Mouscron. La demande de construire un mur, déjà qualifié par certains de "mur de la honte", viendrait du côté belge. Toutefois, les deux pays se rejettent la faute.

Lire aussi -Vers la construction d'un mur anti-gens du voyage entre la France et la Belgique?

Le bourgmestre ou maire de Mouscron, Alfred Gadenne, interrogé par SudInfoa précisé : "C’est une mesure de précaution pour la sécurité de nos concitoyens qui se plaignent déjà de cambriolages ou d’intrusions dans leur jardin". "Ainsi, les gens ne pourront pas avoir d'accès immédiat avec la Belgique. Ils devront faire le tour et ne viendront donc pas systématiquement. Le but n'est pas de cacher ces gens, mais bien de mettre en place un dispositif plus sécurisant", a-t-il également indiqué au site belge DH.be.

"Moi je n'ai pas de problèmes avec les gens du voyage"

"Nous n'avons pas demandé ce mur. Il était prévu dans le projet des Français dès le départ. Nous ne sommes pas contents de ces reproches qu'on veut nous faire. Moi je n'ai pas de problèmes avec les gens du voyage", a-t-il déclaré à La Voix du Nord.

Du côté français, Henri Gadaut, le premier adjoint au maire de Wattrelos a expliqué : "Il s'agit d'une simple palissade, qui a été ajoutée au projet d'aire d'accueil à la demande des riverains tant belges que français". Avant d’ajouter qu’il n’est pas question d’un "mur anti-Roms, puisqu’il ne s’agit pas de Roms".

Publicité
D’autre part, Henri Gadaut est élu communautaire siégeant au syndicat mixte des gens du voyage, un organe chargé de s’occuper des gens du voyage dans la région lilloise. L’aménagement d’une aire d’accueil pour les gens du voyage est obligatoire pour les villes de plus de 5000 habitants depuis la loi Besson de 2000.

Vidéo sur le même thème :Gens du voyage : de la caravane au pavillon