Un homme a accusé son sosie après avoir été contrôlé au volant de sa voiture sans assurance, ni permis. Il a tout de même été condamné à sept mois de prison ferme.

À Montpellier, un homme vient d'être condamné à sept mois de prison ferme après avoir été arrêté au volant de sa voiture sans assurance et sans permis. Lors du contrôle qui a eu lieu, lundi, le quadragénaire avait accusé son sosie, d'après Midi Libre.

"Ce n'est pas moi qui conduisait, c'est un copain !"

"Ce n'est pas moi qui conduisait, c'est un copain !", a déclaré le conducteur au box correctionnel de la ville. Ce à quoi le président du tribunal, Marcel Tastevin, a répondu : "Mais au moment du contrôle, vous étiez bien au volant". Le prévenu a soutenu que c'était son sosie qui conduisait sa propre voiture. "Et c'est moi qui prends tout !", a-t-il ajouté.

L'homme, arrêté à plusieurs reprises avait attiré l'attention d'une patrouille de gendarmes de la brigade motorisée de la compagnie de Castelnau-le-Lez. Le prévenu est un artisan plaquiste toulousain qui était en déplacement pour assurer des chantiers. Il roulait sans permis ni assurance dans une berline assez ancienne achetée un mois avant son arrestation.

Il n'aurait pas reçu les convocations

Le quadragénaire a été convoqué plusieurs fois par le service pénitentiaire d'insertion et de probation, mais ne s'est jamais présenté car les lettres ne seraient pas parvenues à la bonne adresse. "C'est le Spip (Services pénitentiaires d'insertion et de probation, ndlrqui l'a changé !", a affirmé le quadragénaire. Ce dernier a multiplié depuis 2006 les condamnations pour conduite sans permis, sans assurance et sous emprise de l'alcool.

"Pourquoi aller acheter un véhicule alors que l'on est conscient que l'on n'a pas le permis ?", a déclaré le parquet qui a demandé six mois d'emprisonnement, "peine assortie d'une révocation partielle du précédent sursis à hauteur d'un mois mais également d'un mandat de dépôt", a rapporté le quotidien. 

À lire aussi : Il vole une voiture... mais accompagne son propriétaire au travail

Publicité
"Cela fait onze ans qu'il a monté son activité. Et des plaquistes, on en a vu passer... Lui travaille bien ! Ce n'est pas un fou du volant", a affirmé son avocat. "Ces six mois de prison pour cent mètres, cela me paraît un peu déconnecté des circonstances de l'infraction", a-t-il ajouté. Au final, le conducteur a écopé de sept mois d'emprisonnement.

En vidéo sur le même thème : Les gendarmes sur la route