Vendredi matin, le "Figaro Magazine" s'est attiré les foudres d'habitants de Saint-Denis en publiant une enquête sur "l'islamisme au quotidien" dans cette ville. En couverture, une photo de Saint-Denis titrée "Molenbeek-sur-seine". 

©Figaro Magazine

Ce vendredi, le Figaro Magazine a mis le ville de Saint Denis (Seine-Saint-Denis ) au premier plan. En couverture de l'hebdomadaire : deux femmes voilées devant la basilique. En gros titre : "Molenbeek-sur-seine", Molenbeek faisant référence au quartier belge d'où plusieurs terroristes des attentats du 13 novembre étaient originaires. En sous-titre : "A Saint-Denis, l'islamisme au quotidien."

Cette couverture n'a pas été très bien reçue par des habitants de la ville qui ont décidé de se défendre dans une tribune sur Libération. "Nous, qui vivons, travaillons au quotidien à Saint-Denis, nous refusons cette stigmatisation publique. Notre ville, nous l’aimons, et nous avons choisi d’y vivre pour ce qu’elle est vraiment, et pour ce qu’elle représente. Loin de tous les fantasmes colportés par une partie de la presse et de la classe politique française, Saint-Denis est une ville plurielle, où vivent 110 000 femmes et hommes d’origines, d’opinions et de religions différentes, sans que l’une n’ait pris le pas sur l’autre dans l’espace public", témoignent les habitants cités par le journal. 

A lire aussi : Saint-Denis : le témoignage de riverains au moment de l’assaut

Le maire veut porter plainte

Cette Une a également provoqué la colère des élus de la ville. Le maire (PCF) de la commune de Seine-Saint-Denis Didier Paillard, a annoncé dans un communiqué qu'il examinera "attentivement la possibilité de porter plainte". Pour lui, "la volonté de ce magazine d'alimenter les polémiques et les clivages extrémistes pour doper ses ventes" et regrette que "Saint-Denis soit une fois de plus attaquée".

Publicité
Jean-Christophe Buisson, le directeur-adjoint du Figaro MAgazine a déclaré sur Twitter que le maire "ne répond en rien à ce qui est écrit dans l'article des 9 pages. Suis-je bête : lui non plus ne l'a pas lu !".

En vidéo sur le même thème : Fusillade à Saint-Denis : "A ce niveau de dangerosité, il faut que la zone soit clairement balisée" 

Publicité