L’écrivain a accordé un long entretien à la "Revue des deux mondes" dans lequel il parle de l’islam dans la société française et de l’aspect prophétique de ses livres.

L’écrivain Michel Houellebecq a accordé une interview à la Revue des deux mondes, la plus ancienne revue en activité d’Europe, comme l’a repéré Francetv info.

Le terrorisme

Michel Houellebecq déclare, à propos du djihadisme, qu’"une réponse purement policière à une secte religieuse n’a pas de garantie de l’emporter" car "quand on n’a pas peur de la mort, la police on s’en fout un peu."

"Le terrorisme et le militantisme sont des moyens de socialisation. Ça doit être très sympa de vivre des moments ensemble, des moments forts contre la police... L'impression d'être ensemble contre tous", explique l’écrivain pour qui "on est davantage ensemble quand on a beaucoup d'ennemis."

Un dernier roman prophétique ?

L’auteur de "Soumission", son dernier roman polémique à succès dans lequel il fait le récit d’une France soumise à l’islam, déclare décrire dans son livre une angoisse ressentie par nombre de Français.

A lire aussiMichel Houellebecq : son livre "Soumission" en tête des ventes dans 3 pays !

Contrairement à ce que beaucoup font entendre, il ne juge pas ses livres prophétiques. "Si je regarde mes livres, je dirais que je constate et après je fais des projections, qui ne sont pas des prophéties", déclare-t-il.

Michel Houellebecq juge enfin que "l’opinion sur l’islam est à peu près également mauvaise dans l’ensemble des pays européens (…) C’est peut-être la seule chose qu’on partage."

Les attentats contre Charlie Hebdo

S’agissant des jours suivants les attentats du 7 janvier dernier – jour de la parution de son livre "Soumission" – Michel Houellebecq estime que la "manifestation (en soutien aux victimes) a plutôt réjoui les commanditaires des attentats. Ils se félicitent du coup médiatique réalisé. Ce que pense la majorité des Français n'est pas leur problème."

Publicité
L’écrivain se félicite enfin que d’autres intellectuels, à l’instar de Michel Onfray, commence à abandonner le discours "bien rôdé depuis (les attentats) de 2001" visant à ne pas faire d’amalgame entre l’islam et le terrorisme.

Vidéo sur le même thème : Houellebecq, certains l'adulent, d'autres le détestent