Alerté par un usager de la RATP, la police a été mise sur la piste d'un couple en possession d'une tête humaine. Les suspects ont finalement été appréhendés, mais le butin récolté était pour le moins inattendu.

C'est une histoire qui a donné bien des maux de tête à la brigade criminelle de Paris. Il y a dix jours, un directeur de piscine prend le métro et remarque un couple suspect, qui transporte une… tête ! Peau blanche, lèvres rouges, les yeux clos, quelques cheveux qui dépassent... Le reste macabre repose dans un sac, rapporte RTL. L'homme semble sérieux, son témoignage est jugé crédible. Meurtre ? Rituel religieux ? Les pistes se multiplient et les enquêteurs ont le sentiment de ne plus savoir où donner de la tête.

De Paris... à PerpignanLe policer chargé de l'enquête planche assidument sur l'unique témoignage pour retracer l'heure, le lieu et la station. En visionnant des images de caméras de surveillance du métro, il recoupe l'itinéraire suivi par le couple. Celui-ci a pris un train à Creil, dans l'Oise, le RER, puis le métro jusqu'à la gare de Lyon. Le couple est ensuite localisé à Perpignan et appréhendé dans la foulée. En garde à vue, la confrontation s'annonce difficile : les jeunes gens nient avoir participé, de près ou de loin, au dépeçage.

Publicité
De l'art africainLes policiers attendent beaucoup de la perquisition pour confondre les auteurs, et bingo ! Le sac est retrouvé à leur domicile, avec à l'intérieur deux têtes… en bois ! En réalité, ce sont deux masques traditionnels, le couple est en effet amateur d'art africain. Une fausse alerte au meurtre, mais pour les enquêteurs la satisfaction est là : ils ont bouclé l'enquête en cinq jours, un temps record. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité