Après une pluviométrie record sur bon nombre de régions, l'été sera-t-il là le 21 juin ? Planet a posé ses questions à Jean-Pierre Hameau, météorologue de Météo France.

 Météo : quand un ''blocage'' est responsable des orages

Quand nous parlons à Jean-Pierre Hameau, météorologue chez Météo France, ce mardi, on peut entendre derrière lui les téléphones qui n’arrêtent pas de sonner. Et pour cause, les 24 heures qui précédent notre échange ont été marquées par des records de pluviométrie : des nappes de 100 mm en Pays nantais, 108 mm à Torcy en région parisienne, soit deux mois de pluie. Météo France n’hésite plus à qualifier le phénomène de "tropical".

"Après trois de semaines de pluie, le bilan va être terrible en terme d’inondations et de dommages", analyse Jean-Pierre Hameau. La faute au blocage d’une vaste dépression centrée sur le proche atlantique et le blocage de hautes pressions sur l’Europe du nord depuis deux semaines. "Dans les basses couches nous avons un air chaud et humide, cet air est surmonté d’air froid que nous appelons une goutte froide et qui pilote les intempéries et l’instabilité. Ce lundi, il s’est donc organisé une grande bande pluviométrique qui s’est enroulée autour de cette goutte froide et c’est précisément ce qui a déclenché les orages sur plusieurs régions", explique Jean-Pierre Hameau.

Météo : on n'est pas au bout de nos surprises

Contrairement à l’image que l’on pourrait se faire de la météo 10 jours avant le début officiel de l’été, cette météo est normale et ne présente pas un caractère exceptionnel à un détail près. "Ce qui est peut-être surprenant, c’est cette situation de blocage, qui fait que ça dure et qui entraîne des orages quasi au quotidien", ajoute Jean-Pierre Hameau.

La bonne nouvelle, c’est que ce blocage ne devrait justement pas durer. Ce jeudi la dépression et les hautes pressions lèvent les barricades, direction le sud-est, ce qui devrait permettre aux régions touchées jusqu'à maintenant de retrouver dans une certaine mesure une météo sèche et ensoleillé. Sauf que le printemps est une saison capricieuse et qu’il faudra encore patienter quelques jours. "En cette fin de semaine, des perturbations vont arriver par le nord-ouest, il y aura des petites pluies et une alternance. Il faudra attendre dimanche et lundi pour avoir de vraies belles journées", explique Jean-Pierre Hameau.

Publicité
Et si vous étiez tenté de vous dire "qu’à printemps pourri, l’été souri", c’est raté. "Il n’y aucune cause à effet entre maintenant et l’été, insiste le météorologue. En revanche, on peut dire qu’il y a une tendance qui se dégage pour l’été, celle d’un été chaud. Mais cela ne dit rien en terme de type de temps". Autrement dit, la pluie on en n'est peut-être pas sorti…

Vidéo : De la neige en plein mois de mai en France !

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité