Messmer, le fascinateur canadien, est en ce moment en tournée en France pour promouvoir les pouvoirs de l’hypnose. Le show-man s’est confié sur son talent et métier peu commun.

Messmer le fascinateur parcourt le monde depuis maintenant dix ans et fascine les foules par son talent d’hypnose remarquable. Lors de l’un de ses spectacles à Montréal, le 29 novembre dernier, le show-man a hypnotisé près de 422 personnes en moins de cinq minutes. Un record pour celui qui, il y a encore quelques années, pratiquait l’hypnose thérapeutique dans son cabinet au Canada.

L’hypnose est une histoire de famille chez Eric Normandin, alias Messmer. Dès son plus jeune âge, il a été baigné dans cet art encore bien mystérieux.

"J’ai commencé à m’intéresser à l’hypnose grâce à mon grand-père. Il occupait un emploi de jockey à l’époque et pratiquait l’hypnose avec ses animaux. Puis, il m’a transmis un livre qui expliquait tous les rudiments de l’hypnose quand j’ai eu 7 ans", nous a expliqué le fascinateur.

Curieux, il s’est lancé dans l’apprentissage de l’hypnose. Vers huit ans, il a réussi à hypnotiser un chien. Puis, "A 9 ans, j’ai hypnotisé une personne pour la première fois. Il s’agissait de mon ami, à qui j’ai pu raidir un bras grâce aux techniques de catalepsie", se remémore-t-il. Il a alors décidé de consacrer sa vie à la manipulation du subconscient.  

A lire aussi- "Je peux voir les morts dans la rue" : confessions d'une médium en contact avec l'au-delà

Mission : démystifier l’hypnose

Une aventure qui a commencé à l’abri des projecteurs, dans son cabinet d’hypnotérapeute au Canada. "Je traitais les gens pour différents types de maux, se rappelle-t-il. Mais, je me suis rapidement aperçu que les gens qui venaient me voir étaient désespérés et voyaient les traitements d’hypnose comme un dernier recours. J’ai donc voulu changer cette façon de penser et montrer la puissance de l’hypnose et du subconscient au plus grand nombre."

Démocratiser l’hypnose, là est le but du show-man canadien. "Le spectacle est le meilleur moyen, à mon avis, pour démystifier l’hypnose et les autres techniques auprès du public afin de faire avancer la place que cette science occupe dans nos vies au quotidien", confie-t-il.

Suggérer oui, obliger non

Pour lui, cette science s’explique d’ailleurs très simplement : "j’arrive à endormir mes sujets, c’est le même principe que le somnambulisme sauf que je vais leur donner une suggestion, une proposition d’action qu’ils ne peuvent pas refuser".

Il précise tout de même pour rassurer ses "patients" : "L’hypnose ne permet pas de faire faire n’importe quoi aux spectateurs. Chaque personne a ses limites et l’hypnose ne permet pas de les transgresser. Si ma suggestion va à l’encontre de ce qui est moralement ou physiquement acceptable pour une personne, son subconscient ne captera pas la suggestion."

L’hypnose accessible à tous ?

Le Fascinateur veut cependant rectifier l’idée reçue selon laquelle certaines personnes sont insensibles aux suggestions hypnotiques : "Tout le monde est réceptif à l’hypnose cela peut juste prendre un plus de temps selon les personnes." Il n’est alors pas question de personnalité malléables et influençable ou de fort caractère.

Publicité
L’hypnose n’est d’ailleurs pas réservée à une élite particulière, selon lui. Les techniques peuvent s’apprendre et se travailler, après reste le talent. "Je compare souvent cela au chant. Tout le monde peut chanter et peut apprendre à chanter, mais est-ce que tout le monde chante bien ? C’est pareil avec l’hypnose !".

Vidéo sur le même thème : Messmer hypnotise Alessandra Sublet en direct dans Un soir à la Tour Eiffel

Publicité