Depuis plusieurs semaines, le jeune PDG de Radio France est au cœur de nombreuses polémiques concernant des dépenses faramineuses. Ce jeudi, Mathieu Gallet a dénoncé un complot visant à le faire tomber.

Invité ce jeudi sur i Télé, Mathieu Gallet a nié toutes les accusations du Canard Enchaîné. Le journal satirique avait révélé que le PDG de Radio France aurait dépensé 105 000 euros pour rénover son bureau et près d’un million d’euros en conseiller en image. Pour le jeune PDG, "il n'y a pas de sujet 'Gallet', il n'y a qu'un sujet Radio France". "C'est une sorte de chasse à l'homme qui vise à me détourner du fond, de la réforme qu'on doit faire à Radio France", a-t-il ajouté. Le PDG de 38 ans considère qu’"il y a une sorte d’acharnement, une sorte de cabale organisée" contre lui. Il estime être victime d’une "sorte de réseau de l’ombre administratif, politique", rapporte L’Obs.

Lire aussi - Polémique autour du très cher bureau du patron de Radio France

Mathieu Gallet reconnaît cependant qu’il aurait dû mettre un terme aux travaux de rénovation du bureau patrimonial. Mais il explique que ces travaux et ses coûts avaient été décidés dès 2013, alors qu’il n’était pas encore PDG de Radio France. Le trentenaire a également fait savoir qu’il n’avait pas l’intention de démissionner de son poste. "Seul le CSA peut me retirer mon mandat", a-t-il indiqué.

"Je ne me laisserai pas faire par rapport à cette campagne"

Ce mercredi, Le Canard Enchaîné a dévoilé de nouvelles révélations concernant les frais engendrés lorsqu’il était PDG à l’Institut national de l’audiovisuel (INA). Au total, Mathieu Gallet aurait dépensé 800 000 euros en frais de conseils et 125 000 euros pour la rénovation de ses bureaux.

Lire aussi -Mathieu Gallet : toutes ces folles factures qu'on lui reproche

Publicité
Au sujet de la polémique concernant ses dépenses à l’INA, Mathieu Gallet a répliqué : "M'accuser de ne pas avoir respecté les marchés publics, ça veut dire qu'on considère qu'à l'INA il y avait une direction administrative et financière qui ne faisait pas son travail, une direction des achats qui ne faisait pas son travail". "Moi, j'ai la preuve, et tout le monde peut trouver la preuve, que ces marchés sont passés de façon tout à fait régulière. Il y a eu un appel d'offre européen qui a été publié le 27 juillet 2010 au journal officiel de l'Union européenne", a-t-il rétorqué. Le trentenaire a annoncé son intention d’attaquer en justice Le Canard Enchaîné. Sur France Inter, il a déclaré : "Je ne me laisserai pas faire par rapport à cette campagne".

Vidéo sur le même thème : Radio France : plus de 100 000 euros de travaux pour le nouveau bureau du président du groupe 

Publicité
Publicité