José Anigo, le directeur sportif de l’OM, a annoncé son intention de porter plainte contre Canal + après un sketch des Guignols évoquant l’assassinat de son fils.

© AFP

« On ne plaisante pas avec la mort » estime José Anigo. Une semaine après le décès de son fils, victime d’un règlement de comptes jeudi dernier à Marseille, le directeur sportif de l’OM a annoncé qu’il allait porter plainte contre Canal+. La raison de sa colère : deux sketchs des Guignols évoquant la mort de son fils (émission du 6 septembre dernier). « Mercredi, je suis allé porter plainte contre X assassinat devant le procureur de la République de Marseille. Je vais aussi déposer plainte contre Canal+. On ne plaisante pas avec la mort » a-t-il déclaré dans une interview publiée ce vendredi dans le journal L’Equipe.

« Je veux que ça s'arrête, ça me rend fou »La mort d’Adrien Anigo a une nouvelle fois soulevé « la question des liens entre le football et le grand banditisme à Marseille » indique PPD dans son journal des Guignols. Une question que l’on pose aussi souvent à José Anigo, connu pour certaines de ses relations douteuses. Interrogé sur un éventuel lien entre l’OM et le décès de son fils, José Anigo s’emporte contre « tous ces amalgames pourris ». « Je veux que ça s'arrête, ça me rend fou. J'en ai vraiment assez. Mon fils aimait le foot, il venait voir les matches mais il était à des kilomètres et des kilomètres de l'OM » répond-il à L’Equipe.

Publicité
« A Marseille, les gens se tuent pour des conneries »Touché personnellement par la violence qui règne à Marseille, José Anigo déclare également vouloir s’engager et être « prêt à aller dans les cités, mener des actions, développer de vraies idées pour que la partie nord de notre ville, tellement riche humainement, ne se sente plus laissée à l'abandon ». « A Marseille, les gens se tuent pour des conneries. Il y a beaucoup trop de morts dans cette ville. Ce sont souvent des gamins de moins de trente ans qui sont emportés par la violence. Il faut que ça s'arrête » martèle-t-il, ajoutant : « Il faut que toute cette violence s'arrête. J'aimerais que la mort de mon fils serve au moins à ça ».

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :