En Île-et-Vilaine, la chef du Front National a été interpellée par trois militante du groupe Femen. Rapidement maîtrisées, les trois femmes sont actuellement en garde à vue. Les détails. 

Photographie d'une des trois activistes. © Compte Twitter FEMEN France

Nouvelle rixe pour la chef du Front National. Alors que la leader du parti profitait d’un bain de foule dans la ville de Fougères, en Île-et-Vilaine, celle-ci a été apostrophée par trois militantes du groupe activiste Femen. Seins nus, torse maculé d’inscriptions, les trois femmes se sont ruées sur leur cible, scandant leur message : "Marine, repens-toi !" Très rapidement interceptées et maîtrisées par le service d’ordre du FN, les trois activistes se trouveraient toujours au commissariat.

Un message

Publicité
Le repentir. C’est ce que les Femen venaient suggérer à Marine Le Pen. L’organisation a par ailleurs appuyé cette action sur son compte Twitter, demandant à la tête du FN d’ "arrêter la xénophobie, l’homophobie et la haine", de stopper "les alliances avec la petite-fille de Mussolini", et déclarant savoir "les horreurs que papa racontait pendant les repas de famille, mais il n’est jamais trop tard pour changer !". Selon le groupe, Marine Le Pen peut encore virer de bord. Cette dernière, pourtant, ne semble pas de cet avis. Ainsi a-t-elle commenté cet épisode sur son compte : "Directive détachement des travailleurs, maintenant ils important même les opposants politiques d’Ukraine !", en référence à l’origine du groupe Femen, venant d’Ukraine.

La vidéo de l'événement : 

Publicité