Trois individus âgés de 21 à 27 ans, arrêtés à Marignane jeudi dernier, projetaient de commettre très prochainement un attentat terroriste sur le sol français, a expliqué le procureur de la République de Paris en charge du dossier.

Mohamed Merah était leur héros, la France leur ennemie. Le groupuscule terroriste démantelé jeudi à Marignane projetait de "commettre, à très court terme, probablement dans les jours à venir, un attentat à la bombe sur le sol français" a affirmé le procureur de la République, François Molins, lors de sa conférence de presse ce lundi. Les trois individus interpellés ont été mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste".

C'est la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), le contre-espionnage d'Etat, qui a effectué la perquisition chez les suspects, dans un petit appartement en périphérie de Marignane, nous apprend Le Figaro. Un arsenal comprenant des armes de poings et des produits chimiques en quantité importante ont été retrouvés. C'est "un véritable laboratoire de confection d'engins explosifs improvisé" qui a été mis au jour dont les produits "auraient pu conduire à des dégâts considérables", détaille le procureur.

Publicité
La décision de l'arrestation a été prise à partir du moment où "le calendrier criminel allait s'accélérer" continue le magistrat. Agés de 21 à 27 ans, et tous originaires de la région des Bouches-du-Rhône, les trois individus avaient été placés sous surveillance après la consultation de sites et la participation à des forums djihadistes. Les trois hommes, qui s'étaient mis en scène dans des vidéos  explicites, ont simplement fait part d'un  "intérêt pour la chimie" lors de leur garde à vue. Si l'on ignore, pour l'heure, quelle était sa cible, le trio avait en tout cas une "volonté affirmée de passer à l'acte" a conclu François Molins. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité