Célèbre pour son rôle dans les films de François Truffaut, l’actrice avait été retrouvée en 2011 noyée au fond de la piscine de sa villa. Encore aujourd’hui, les circonstances de son décès n’ont pas été élucidées.

Ils étaient tous là pour lui rendre un dernier hommage. Le 5 mai 2011, de nombreuses personnalités, allant de Martine Aubry à Christine Ockrent en passant par Jack Lang, sont venues dire adieu à Marie-France Pisier, la célèbre actrice morte dans des conditions mystérieuses.

C’était deux semaines plus tôt, dans la nuit du 24 avril. Ce soir-là, la sexagénaire est retrouvée sans vie, au fond de la piscine de sa villa à Saint-Cyr-sur-Mer (Var), par son mari Thierry Funck-Brentano. Le corps de l’actrice, qui portait des bottes en caoutchouc, était enchevêtré dans une lourde chaise en fer forgé, reposant au milieu de la piscine.

L’autopsie évoquera l’hypothèse d’un suicide

Les médecins légistes découvriront dans son corps des traces d’alcools et de médicaments, suffisamment pour "altérer la réactivité et les réflexes", mais pas assez pour provoquer la mort. Par ailleurs, les poumons de Marie-France Pisier ne comportaient que très peu d’eau ; rendant l’hypothèse de la noyade fragile. L’autopsie finale évoquera la possibilité d’une mort par crise cardiaque ou hydrocution, mais surtout l’hypothèse d’un suicide de l’actrice.

A lire aussi Sylvia Kristel : qu’est-elle devenue après son sulfureux film "Emmanuelle" ?

Il faut dire que l’actrice n’allait pas bien à cette époque. Fragilisée par le suicide de son père en 1986, puis de sa mère en 1988, Marie-France Pisier venait d’apprendre que son cancer du sein récidivait. Elle était par ailleurs handicapée par une sciatique qui l’obligeait à marcher avec une canne. Une triste fin pour celle qui fut une grande actrice dans les années 1960-1970.

Elle a tourné son premier film grâce à Truffaut

Marie-France Pisier est née pendant la Seconde Guerre mondiale, le 10 mai 1944, à des milliers de kilomètres de la métropole, en Indochine française (son père était un gouverneur colonial). C’est à la fin des années 1950 que Marie-France Pisier, et sa mère, s’installe en France.

Elle débute dans le théâtre amateur avant d’obtenir son premier vrai rôle au cinéma grâce à François Truffaut qui lui donne le rôle de Colette, dans Antoine et Colette. Elle sera ensuite l’égérie de son compagnon Robert Hussein pour lequel elle tourne plusieurs films. Elle fera également des apparitions dans l’univers de Luis Buñuel. Pendant cinquante ans, de 1961 à 2010 (2012 à la télévision), Marie-France Pisier aura eu une carrière bien remplie, tournant un film par an en moyenne. Une carrière récompensée par deux César de la meilleure actrice dans un second rôle.

Une des signataires du Manifeste des 343 "salopes"

Publicité
Marie-France Pisier a par ailleurs eu un engagement militant à gauche. Elle fut l’une des signataires du Manifeste des 343 "salopes" sur le droit à l’avortement en 1971. Trois ans plus tôt, au cours des évènements de 1968, elle avait permis à Daniel Cohn-Bendit, frappé d’une expulsion de territoire, de revenir clandestinement en France en lui teignant les cheveux en noir. Les deux auront ensuite une aventure de quelques semaines…

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité