Des violences ont éclaté dimanche entre policiers et manifestants pro-Palestiniens à Sarcelles, dans le Nord de Paris, malgré l’interdiction de rassemblement ordonné par les autorités. Regardez les photos.

La manifestation pro-Gaza a dégénéré dimanche à Sarcelles

Policiers et casseurs se sont affrontés dimanche dans les rues de Sarcelles (Val-d’Oise), au nord de la capitale. Alors que les autorités avaient interdit tout rassemblement de soutien au peuple de Gaza, des dizaines de manifestants pro-Palestiniens ont envahi les rues de la ville et le quartier de Barbès à Paris. Rapidement, les évènements ont dégénéré. Les manifestants ont jeté des projectiles sur les forces de l’ordre, lesquelles ont répliqués à coup de cartouches de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc. Des véhicules ont par ailleurs été brûlés, des magasins pillés et incendiés, du mobilier urbain dégradé. Une épicerie casher a particulièrement été touchée. Déjà victime d’un attentat à la grenade en 2012, celle-ci a été complètement incendiée dimanche. Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur a dénoncé des « actes antisémites graves et intolérables ». « Quand on s’approche d’une synagogue, qu’on brûle une épicerie parce qu’elle est tenue par un juif, on commet un acte antisémite. Les choses doivent être qualifiées », a-t-il vivement déploré ce lundi matin.

Selon une source policière, treize personnes ont été interpellées dimanche. La veille, dans le nord de Paris, des milliers de manifestants avaient déjà bravé l'interdiction des autorités avant de s’affronter avec ces dernières. Dix-sept policiers et gendarmes avaient alors été blessés, et 19 personnes étaient encore en garde à vue dimanche.