Ces jours-ci, elle est partout. Chef de fil de la manifestation contre le mariage pour tous qui aura lieu le 13 janvier, Frigide Barjot est plus active que jamais. Mais qui est vraiment cette agitée à la personnalité unique et à part ? Portrait.

A 50 ans, Frigide Barjot met toute son énergie dans la préparation de la manifestation de dimanche contre le mariage pout tous. Fervente catholique, elle répète souvent que la loi ne passera pas. « J'ai confiance pour la suite : Dieu y pourvoira…» Pourtant, il fut un temps où celle qui s’est autoproclamée « attachée de presse de Jésus », fréquentait plus les boîtes de nuit que la messe du dimanche. « Sa Trinité à elle, c'était fêtes, alcool et rock'n'roll » rappelle Confessions d'une catho branchée, son autobiographie.

Humoriste, chroniqueuse, imitatrice, Frigide Barjot écume les plateaux télé dès 2003. On peut alors la voir dans Tout le monde en parle ou On a tout essayé. Mais un beau matin, elle avoue avoir reçu la « Lumière ». C’est grâce à un sketch qu’elle a eu une révélation : devant se déguiser en bonne sœur pour les besoins de la blague, l’humoriste se remémore soudain les prières qu’elle faisait enfant et l’enterrement de son père, et décide de devenir la porte-parole de Dieu plutôt que de faire rire le public. Foutaises s’exclament ses détracteurs. « Elle a toujours été catho tradi. Sa messe de mariage a été célébrée en latin… » rapporte l’un d’eux. Quoi qu’il en soit, Frigide Barjot ne rate jamais une occasion de défendre l’église. Elle ne lésine en tout cas pas sur les moyens. Quand le Pape condamne le préservatif, elle répand sa « bonne » parole à l’aide d’une chanson au titre très inspiré : Fais-moi l’amour avec deux doigts

Publicité
A Sciences Po avec Copé et MontebourgIl y a une vingtaine d’années, Frigide Barjot, de son vrai nom Virginie Tellenne, usait ses fonds de culotte sur les bancs de Sciences Po, et avait pour camarades de promo Jean-François Copé, Arnaud Montebourg ou Frédéric Beigbeder. C’est là aussi qu’elle rencontre son mari, Basile de Koch, frère de Karl Zéro. Fondateur du mouvement parodique Jalons, celui-ci la soutient dans son combat contre le mariage pour tous à grand renfort de slogans chocs tels que « Y a pas d'ovules dans les testicules ! » Porte-parole de « La manif pour tous », Frigide Barjot sera quoi qu’il arrive sur le pied de guerre dimanche, où les militants pourraient être nombreux à la joindre : on parle de 300 000 personnes prêtes à battre le pavé parisien.

 
Publicité