Lors de la conférence de presse qu'ils ont donnée jeudi soir, les parents de Maëlys se sont adressé au principal suspect et ont insisté sur un point en particulier. 

Cela fait plus d’un mois qu’ils sont sans nouvelles de leur enfant. Très discrets au début de l’affaire, Jennifer et Joachim Araujo sortent peu à peu de leur silence pour tenter de faire avancer l’enquête. Jeudi soir, ils ont ainsi donné une conférence de presse. Un exercice retranscrit en direct par plusieurs chaînes de télévision et dans lequel ils ont adressé un message à Nordhal L. Agé de 34 ans et ancien maître-chien, cet homme est considéré comme le principal suspect dans cette affaire. Mis en examen et écroué, il nie pourtant toute implication et se mure dans le silence. Aussi, les parents de Maëlys lui ont-ils lancé un "appel à la vérité". Leur objectif : que leurs mots et leur détresse attirent l’attention du suspect et le poussent à parler.

"Tous ceux qui aiment les animaux sont des gens dignes de confiance"

"Aujourd'hui, un individu est suspecté, mis en examen par des juges qui ont révélé des indices graves et concordants à son encontre, et qui est actuellement en détention provisoire. Nous lui demandons de dire tout ce qu'il s'est passé cette nuit-là et de coopérer avec la justice", a déclaré Jennifer de Araujo, le visage fermé et la voix triste. Précisant bien qu’elle et son mari ne cherchent pas "un coupable à tout prix et sans preuve valable", elle a expliqué que "l’attitude étrange" de Nordhal L. pendant le mariage les avaient tous les deux "interpellés".

Lors de la fête du mariage, le suspect a été vu à plusieurs reprises dans la salle réservée aux enfants des invités sous la surveillance d’une baby-sitter. Les parents de Maëlys l’ont également vus parler à leur fille et lui montrer des photos sur son téléphone. A sa mère, la fillette aurait présenté le suspect comme son "copain" car il lui parlait de chiens, des animaux qu’elle affectionne particulièrement.

Publicité
C’est pourquoi Jennifer Araujo a choisi d’insister sur ce point. "Nous nous battons pour retrouver notre fille qui va avoir neuf ans, le 5 novembre. Elle est joyeuse, dynamique, sportive. Elle adore les animaux et elle pense que tous ceux qui aiment les animaux sont des gens dignes de confiance", a-t-elle déclaré, faisant ainsi allusion à l’amour commun de Maëlys et du suspect pour les animaux, et plus particulièrement les chiens. "Nous pensons à elle chaque jour, chaque seconde et nous espérons que cet appel sera utile et aidera l’enquête", a-t-elle conclu.

En vidéo - Un mois après la disparition de Maëlys : où en est l'enquête ? 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité