Un homme est accusé d’avoir mortellement secoué son nourrisson de deux mois. Son procès s’est ouvert mercredi aux Assises de Lyon.

"J'aime mon fils mais je ne sais pas m'occuper d'un bébé, je ne sais vraiment pas faire". Voilà les explications, rapporté par le Parisien mercredi, d’un homme accusé d’avoir mortellement secoué son bébé en 2009. Le prévenu, d’origine vietnamienne, était accompagné d’un interprète pour  répondre aux questions de son avocat devant les Assises du Rhône mercredi. Il est poursuivi pour "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner sur un mineur de 15 ans par un ascendant". L'autopsie qui avait été pratiquée sur le nourrisson avait permis de révèler que le bambin avait bien été victime du syndrome du bébé secoué.

Lorsque le quinquagénaire a dû s'expliquer sur son geste devant l’audience, il a declaré que c'était "pour jouer avec lui et qu'il arrête de pleurer". Il a ajouté qu’il "ne savait pas que ça pouvait lui faire du mal". Il encourt 30 ans de réclusion criminelle. L’expert psychiatrique a pu noter que le père avait "des capacités intellectuelles limitées".

Publicité
La mère ne s’est pas constituée partie civileLa mère, âgée de 25 ans au moment du drame, avait confié le bébé à son mari, juste le temps d’aller préparer un biberon dans la cuisine. Le Parisien rapporte que "des petits cris" s 'étaient faits entendre. La jeune maman s’était alors précipitée vers son bébé et l’aurait trouvé inanimé. C’est elle qui avait appelé les secours. D’après les témoignages du voisinage, l’homme était "sans expression" alors que son épouse était "paniquée". Cette dernière ne s’est pas constituée partie civile et vit toujours avec son mari. Elle devrait comparaitre à la barre ce jeudi.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité