Un jeune homme de 26 ans a été attaqué à Lyon dans la nuit de samedi à dimanche par des chauffeurs de taxi. Le client d’UberPOP a eu entre autres le nez fracturé et est arrêté pour trois semaines.

© Facebook

Alors que les tensions sont vives entre les conducteurs de taxi et les chauffeurs non professionnels d’UberPOP, un nouvel incident s’est produit dans la nuit de samedi à dimanche. Un jeune homme qui s’apprêtait à monter dans un VTC (véhicule de tourisme avec chauffeur) a été molesté par des chauffeurs de taxi à Lyon, comme le rapporte l’édition locale de 20 minutes.

Un nez fracturé et 21 jours d'ITT

Vers 2h30, le jeune homme, âgé de 26 ans, souhaitait solliciter les services d’un taxi dans le quartier de la Confluence. Le chauffeur a alors prétexté être en grève. Le client a donc décidé de faire appel à UberPOP, une application créée en 2009 qui met en relation ses utilisateurs avec des chauffeurs amateurs. Mais la situation a rapidement dégénéré et d’après la police lyonnaise, "il a été frappé au visage à coups de poing par des chauffeurs de taxi". Le jeune homme s’est retrouvé avec le nez et le sinus maxillaire fracturés. Il a également 21 jours d’incapacité temporaire de travail. "Il a trois fractures, à la mâchoire, le nez cassé, plus de sinus et la pommette défoncée. On va lui mettre des plaques métalliques, lui visser tout cela sous la pommette pour la renforcer", a indiqué à Europe 1 le père de la victime.

Quelques minutes après cette agression, les chauffeurs de taxi ont poursuivi un conducteur de VTC quai Rambaud. L’individu a réussi à se réfugier au commissariat du 7ème arrondissement de Lyon, comme l’a indiqué la Sûreté du Rhône. Toutefois, son véhicule a subi d’importantes dégradations. Des cas similaires sont à déplorer dans le reste de la France. D’autres chauffeurs de VTC ont porté plainte ces derniers jours après avoir été agressés par des conducteurs de taxi notamment à Strasbourg, Lille et Nice.

Lire aussi - Le cri du cœur très amusant d’un Parisien contre les taxis fait le tour de la Toile

Publicité
Ces agressions se produisent après que le Préfet du Rhône a pris un arrêté jeudi dernier interdisant les activités de transports UberPOP. Les conducteurs UberPOP ont monté un collectif sur Internet pour pouvoir poursuivre leur activité. La semaine dernière, un jeune Parisien avait posté un message anti-taxi sur Facebook qui était rapidement devenu viral. Entre les taxis et les VTC la guerre est bel et bien déclarée.

Vidéo sur le même thème : Les chauffeurs de taxis mènent la fronde contre Uber